Autour du livre « Un ticket pour le paradis » de Guy Rechenmann publié aux éditions Rivière blanche

« Il n’en faut qu’un et un seul.  On ne peut pas être deux. Ce n’est pas possible. J’aurais tant aimé trouver une réponse face à cette situation ubuesque ! Mais rien. Rien de rien ? Je n’y peux pas grand-chose. Ce n’est pas ma faute. Le ticket pour le paradis n’était pas pour moi. C’est une évidence. Alors je le lui ai offert. C’est comme un don. Un acte d’amour. » Un seul ticket pour le paradis mais si finalement il était là, autour de nous, qu’il suffisait de lever les yeux pour le voir ?

Délaissant le polar, Guy Rechenmann s’essaie pour la première fois dans ce livre au fantastique.

Couverture et illustrations d’Un Ticket pour le paradis Nathalie Odoul et Postface de François Darnaudet un grand merci à eux ! (éd. Rivière Blanche) 

Extrait : Je ne t’ai pas encore convié à ma table, étranger » me lance le personnage énigmatique, d’une voix remplie d’une douce fermeté. Pendant qu’il prononce ces mots sibyllins, il déplie lentement ses vertèbres cervicales et je peux, enfin, apercevoir son visage. L’opposition entre la transparence de son teint et la profondeur sombre de son regard en rajoute à mon mal-être. Certes il n’y a pas de quoi à être joyeux pendant cette période délicate, mais là, quelque chose de louche plane. Pourquoi a-t-il appuyé sa non-invitation par un « encore » ? Oui pourquoi ce « pas encore convié à ma table », comme s’il avait pensé le faire, plus tard ? Et pour quelle raison aurait-il eu cette intention ? Cela trotte dans ma tête, que dis-je trotte, galope dans mon imaginaire. Avant que je ne puisse ouvrir la bouche pour demander une quelconque explication, il enchaîne : « J’ai beaucoup de travail en ce moment, avec la résurgence du mal dans les sénéchaussées avoisinantes…

Chers amis,   le mardi 19 mars à 18h30 je vous attends à la Machine à Lire, Place du Parlement à Bordeaux, pour vous en dire un peu plus à propos de ce fameux Ticket pour le paradis… 😉 et bonne nouvelle , le flic de papier et Fausse note sont sortis en poche (éd.Cairn)  
 
A très bientôt 
 
Amitié , Guy

Écrivain et homme de télévision, Guy Rechenmann a publié plusieurs ouvrages dont, chez Vents Salés, Flic de papierFausse note et A la place de l’autre (finaliste du Prix Polar de Cognac et Prix Virtuel du polar en 2016) et Même le scorpion pleure (Cairn, 2018).

« Un rêveur et un poète, l’écrivain et homme de télévision, Guy Rechenmann.  Le hasard, il n’y croit guère, préférant parler de coïncidences, son thème de prédilection…

Il attendra 2008 pour publier un recueil de poésies et de nouvelles « La Vague » (Ecri’mages). Suivront plusieurs romans dont Flic de papierFausse note, et A la place de l’autre (Prix virtuel du Polar 2016) aux éditions Vents Salés, dans lesquels apparaîtra Anselme Viloc, un flic atypique et obstiné qui lui permet de revisiter de façon inattendue le genre policier. Quatrième volet des aventures d’Anselme,La 4ème enquête d’Anselme Viloc aux Editions Cairn, sortie fin février 2018  , est son premier roman aux éditions Cairn… » Pour en savoir pluhttps://criminocorpus.hypotheses.org/46741


Vous aimerez aussi...