Expérience de Franco avec cinquante femmes à Málaga : à la recherche du «gène rouge»

Prison de femmes de Malaga. Alberto Gómez

Antonio Vallejo-Nájera, psychiatre du régime, analysa en 1939 une cinquantaine de détenus au moyen d’enquêtes sur le sexe et la religion visant à démontrer « la perversion » de la gauche.

C’était en mai 1939. La partie franquiste venait de proclamer sa victoire dans la guerre civile qui devait laisser place à plus de trente ans de dictature.

Le docteur Antonio Vallejo-Najera, responsable des services de psychiatrie militaire , avait présenté une thèse folle basée sur la conviction qu’il existait un « gène rouge » qui conduisait à une perversion morale, sexuelle et idéologique . Quelques mois auparavant, Franco avait créé un cabinet d’investigations psychologiques pour rechercher une explication biologique au communisme, en accord avec les théories nazies sur la supériorité de la race aryenne.L’idéal franquiste reposait sur le militarisme et le catholicisme national , un esprit menacé par l’infériorité mentale qui, selon Vallejo-Nájera, traînait le marxisme…

Pour en savoir plus lire l’article d’ ALBERTO GÓMEZ publié le dimanche 3 février 2019 sur le site Diariosur.es


Vous aimerez aussi...