Le témoin du vendredi : Patrick Cardon et les archives des homosexualités

Le centre des “Canadian Lesbian and Gay Archives” de Toronto © Getty / Rene Johnston

Les mouvements de libération homosexuelle des années 70 posent autrement la question de la constitution d’une culture propre. Ils ne sont pas organisés comme des partis ou des syndicats. Les documents qui témoignent tout simplement de la vie d’aujourd’hui des uns et des autres sont menacés d’une invisible disparition.

En Allemagne, les collections de Magnus Hirschfeld sont bien connues dans les années 1920 pour leur caractère spectaculaire qui leur vaudra destruction par les nazis. Mais l’idée de rassembler de la documentation sur les sexualités minoritaires est née dans des époques bien antérieures et dans plusieurs pays. En France, peu après 1900, Georges Herelle, un professeur de lycée de réputation irréprochable, traducteur de D’Annunzio et éminent spécialiste des pastorales basques, se lance dans un grand projet d’histoire de « l’amour grec ». Cependant, il œuvre en secret : ses collections sont maintenant déposées dans un lieu public, à la Bibliothèque de Troyes mais elles se sont perpétuées dans la discrétion.

Les mouvements de libération homosexuelle des années 70 posent autrement la question de la constitution d’une culture propre. Ils ne sont pas organisés comme des partis ou des syndicats ; ils peuvent s’évaporer rapidement. Plus généralement, les documents qui témoignent tout simplement de la vie d’aujourd’hui des uns et des autres sont menacés d’une invisible disparition. Heureusement, des collectionneurs veillent : la recherche parfois compulsive de livres, de disques, de films, de simples papiers épars, c’est au fond une forme de sexualité minoritaire…

Pour en savoir plus et écouter le document sonore sur le site de l’émission France inter

LA MARCHE DE L’HISTOIRE du vendredi 8 février 2019 par Jean Lebrun


Vous aimerez aussi...