L’aveu dans les procès staliniens

Dernier procès des purges staliniennes en 1938, dit “Procès des 21”.• Crédits : Heritage Images – Getty

Galia Ackerman, journaliste, historienne, et traductrice littéraire

L’aveu est une pratique complexe et controversée. Sa plasticité et son ambivalence expliquent qu’il soit toujours présent sans jamais cesser de se recomposer. Nous vous proposons d’explorer les différentes formes contemporaines, attendues ou plus inattendues de l’aveu. Ce soir avec Galia Ackerman.

Il n’y a peut-être pas de plus grande énigme anthropologique et politique que l’aveu dans les grands procès staliniens. Comment expliquer qu’un pouvoir totalitaire ait à ce point besoin du consentement des sujets qu’il supplicie ? Comment expliquer que les communistes s’y prêtèrent quasiment sans résistance ? L’aveu n’était pourtant pas exigé juste après la Révolution bolchevique, pas plus que la torture n’était pratiquée. Finalement, ils atteindront leur apogée lors des procès de 1938. Il doit ainsi être compris dans une histoire longue du pouvoir russe qui a pris de nouvelles formes ces dernières années. Nous en parlons avec notre invité, Galia Ackerman, journaliste, historienne, et traductrice littéraire…

Pour en savoir plus et écouter le document sonore sur le site de l’émission France culture

 

Vous aimerez aussi...