144 – Portrait du jour : Lydie N’guessan, auteure d’un premier roman “La voleuse de nuit”

Marc Renneville, directeur du Clamor et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Le blog Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique « Portrait du jour » permet de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc. Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du Clamor et de Criminocorpus.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

Pour son 144ème Portrait du jour la rédaction du carnet criminocorpus reçoit  pour son premier roman “La voleuse de nuit” Lydie N’guessan . Diplômée de l’Institut d’études politiques de Grenoble, Lydie N’guessan (1963) est attachée principale d’administration de l’État. Métisse franco-africaine, elle se définit comme titulaire de deux citoyennetés : celle du monde et celle de Saint-Malo où elle a élu domicile.

Bienvenue Lydie sur le site du très sérieux carnet criminocorpus. Ph.P.

“Manager administratif et financier dans la fonction publique d’Etat, je fais également l’expérience de l’écriture avec un premier roman paru en Octobre 2018, aux Editions Moires., une jeune et très dynamique maison d’édition.

De mère française et de père ivoirien, la question de mon métissage ainsi que la question usuellement associée relative à mon ancrage dans une culture ou dans une autre, n’ont jamais véritablement été un centre d’intérêt pour moi. La seule identité par laquelle je me sens concernée est mon appartenance à l’humanité ; être la semblable de cet «homme fait de tous les autres hommes et que vaut n’importe qui »1. J’ai mené une existence nomade dans la première partie de ma vie, je ne suis jamais restée suffisamment longtemps dans un lieu pour y faire l’expérience de l’ancrage, de l’enracinement. De ce fait, à l’âge adulte, j’ai toujours eu la sensation prégnante, lorsque je m’installais quelque part, de n’être que de passage, que quelque chose d’autre m’appellerait inévitablement ailleurs. Ce sentiment d’être en transit perpétuel a certainement contribué à ce que je considère la vie comme une parenthèse où règne l’éphémère, l’évanescence, le hasard et ses incontournables chaos. Une parenthèse où tout est amené à se finir, à disparaître, à se transformer. La légèreté d’être -cette distance- permettant d’affronter toute la gravité du quotidien, la gravité de notre empreinte et de nos responsabilités sociales. Mon premier roman dans une très large mesure témoigne de tout cela, d’univers où les personnages sont en transit, ne possèdent aucunes attaches, aucuns véritables repères, amenés à composer avec ce qui se présente à eux.

Le besoin d’écrire a émergé très progressivement au fil du temps, pour se transformer en urgence aux alentours de ma cinquantaine d’années. Ecrire, être une passeuse d’histoires qui porte l’ambition de rendre lisible les invariants de la condition humaine, rendre lisible l’unicité qui dépasse les frontières de diversités culturelles. Le génocide Rwandais, et une expérience de jurée d’Assises ont incontestablement influencé les orientations actuelles de mes travaux d’écriture. Ces deux événements constituent pour moi l’expérience d’une confrontation brutale avec toutes les fragilités de l’être humain. C’est cette fragilité-là, violente et sans retour, que je m’attache à mettre à jour à ce stade de ma vie d’auteure. Non que les gens heureux, en phase avec leur environnement social, ne m’intéressent pas, mais leur trajectoire parle déjà pour eux, il n’est nul besoin en ce qui les concerne de rappeler qu’eux aussi sont part intégrante de l’humanité.

Si je devais évoquer un engagement dans l’acte d’écrire, je dirais qu’écrire consiste à découvrir pleinement cet autre, cet étranger, pour l’étreindre sans concessions. C’est dénicher la condition humaine dans ses expressions les plus inattendues, les plus nues, ses expressions les plus singulières, ceci- et je l’espère –sans compromission. Ecrire enfin, c’est faire l’expérience effrayante et vertigineuse de cette conscience qu’à peine une feuille de papier nous sépare de ce que d’aucuns qualifient de « lie de l’humanité », découvrir que cette « lie » vit clandestinement en nous.”

1 Jean-Paul Sartre- Les Mots 1963

« Petite quelqu’un a veillé sur toi dans cette maison, me dit l’homme, c’est grâce à lui que je t’ai épargnée, je savais que tu étais cachée quelque part. Il m’a dit que tu étais victime de ce système que nous venons de combattre. Il m’a raconté ta détresse au milieu de cette maison, comment tu as aidé cette révolution, comment grâce à toi il a posé des micros dans la chambre de cette putain. Les hommes sont si bavards sur l’oreiller. Tu me reconnais n’est-ce pas ? Nous nous sommes vus dans le bar chez Mamy Wata. Petite, ton ange gardien est mort l’arme à la main cette nuit. Quand nous avons commencé cette opération, je lui ai promis de veiller sur toi s’il lui arrivait quelque chose, aussi je t’emmène avec moi. Tu auras une très belle vie je te promets. Je ne sais pas ton prénom et je ne veux pas le connaître, tu t’appelleras Sekhmet, c’est le prénom que je te donne, on fait table rase du passé, je suis ton père désormais. » Laura boit ses paroles / installée à ses côtés / à l’arrière du Hummer / un dernier regard / sur la plage de Safroulaye / des corps inanimés / jonchent le sable / des corps jonchent la route / une vilaine odeur dans l’air / les chiens errants en horde / naviguent / de cadavres en cadavres / elle voit leurs crocs s’agripper aux chairs / pour les dévorer / la voiture continue sa course / le chauffeur roule / d’abord lentement / sur la piste de latérite rouge / ses nouveaux compagnons admirent leur œuvre / s’en extasient / ils croisent d’autres corps / éparpillés / entassés sur les bas-côtés / têtes égorgées / à la machette / des femmes au sexe ouvert / offerts à la charogne des chien / des fœtus jetés à la maraude / à côté de leur placenta / l’homme se présente à elle / Osis / son nom / il l’emmène dans son pays / sa mère / une sale pute / très mal choisi ses amants. Nicolas, voilà Sekhmet accrochée à cet inconnu, les yeux rivés sur sa main douce, elle n’a plus peur. Elle l’entend parler au chauffeur, elle a reconnu sa voix depuis le début, celle du bourreau de Mathilde. Elle cale sa tête sur ses cuisses, l’homme enferme ses doigts dans le creux de ses mains, elle l’entend dire au chauffeur : « Voilà une affaire bien menée. Tu vois comment nos milices ont semé la terreur ici ? Ils se souviendront longtemps des machettes dans les villages. Pas même en rêve ces connards n’oseront se rebeller. La meilleure des guerres est celle qui s’attaque aux plus faibles, surtout aux femmes et aux enfants. » Le chauffeur file désormais sur la latérite, le paysage de forêt devient savane, Laura s’endort la tête posée sur les cuisses de son nouveau père. La voleuse de nuits, Lydie N’guessan, septembre 2018.


Vous aimerez aussi...