« Révolution » de Ludivine Bantigny

A paraître le 7 mars 2019 – Alors que le mot « révolution » sert à vendre à peu près n’importe quoi et n’importe qui, ce livre fort et joyeux montre comment il a été domestiqué par tous les pouvoirs depuis le XIXe siècle et comment, en le prenant de nouveau au sérieux là où il veut dire quelque chose, il est possible de renouer avec ce que la révolution révèle justement, avec la puissance et la promesse imaginatives de ses processus. « La révolution, dans son mouvement même, produit des rêves et des idées. Elle porte en elle des volontés de solidarité, d’association et de coopération : l’aspiration à une vie bonne, plus juste et plus humaine – sans négliger sa beauté et le plaisir qu’elle inspire. Elle change les critères de référence : non plus le marché mais le partage, non plus la concurrence mais la solidarité, non plus la publicité mais l’art par et pour chacun, non plus la compétition mais le commun. En cela, elle redonne du sens à ce qui n’en avait plus et du désir quand il s’était perdu. »

Historienne, maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’université de Rouen, Ludivine Bantigny publie Révolution (Anamosa, 104 pages, 9 euros, à paraître le 7 mars), l’un des premiers opus de la collection « Le mot est faible », destinée à « s’emparer d’un mot dévoyé par la langue au pouvoir ».

« … On entend de temps en temps Ludivine Bantigny sur les ondes, sur France culture notamment. On la découvre à la télévision pour des documentaires – elle a notamment été conseillère historique et a interprété un rôle dans 68, la plus grande grève du siècle en direct de Dimitri Kourtchine et Gilles Perez diffusé sur France 3 en avril 2018 – ou pour l’émission 28 minutes sur Arte – elle y intervient comme chroniqueuse dans le « club » du vendredi. De fait, c’est une historienne engagée pour qui le temps presse : elle souhaite consacrer ses prochaines années de recherche à explorer des expériences politiques alternatives, des pensées et pratiques d’un monde où le marché ne serait pas un grand totem, où la concurrence cesserait de nous accabler, où l’exploitation ferait place à l’émancipation… »

Pour en savoir plus sur https://criminocorpus.hypotheses.org/59202

Ludivine Bantigny

Éditeur : anamosa

Collection / Série : Le mot est faible

 

– Dédicace de Ludivine Bantigny à Livre Paris sur le stand M28 à 14.00 le dimanche 17 mars

– Rencontre avec Ludivine Bantigny à la Librairie Quai des brumes à Strasbourg à 19.00 le 1er avril

– Rencontre avec Ludivine Bantigny, Déborah Cohen et Mathilde Larrère à la Librairie Mollat le 4 avril

– Présentation de la collection et des deux premiers titres, en présence de Ludivine Bantigny et de Déborah Cohen, le lundi 8 avril au Merle moqueur à 19.00

– Présentation de la collection et des deux premiers titres, en présence de Ludivine Bantigny et de Déborah Cohen, le 20 juin à la Librairie Floury Frères à Toulouse le 20 juin.

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.