Un grand poète : Max Jacob

Max Jacob en 1934. Wikicommons.

Lorsque vient le moment de dresser la liste des plus grands écrivains de la Bretagne contemporaine, le premier nom à venir en tête est sans doute, spontanément, celui de Pierre-Jakez Hélias. Puis très vite, en seconde position dans le peloton de tête, arrive celui de Max Jacob.

D’origine juive allemande, Max Jacob nait à Quimper le 12 juillet 1876  d’un père engagé volontaire dans les mobiles bretons pendant la guerre de 1870. Mais, très rapidement, le jeune homme témoigne d’une vive foi catholique et se fait d’ailleurs baptiser le 6 février 1915. Son parrain ? Un certain Pablo Picasso…

Elève brillant, Max Jacob décide en effet d’opter pour une carrière artistique après une tentative avortée, pour raisons de santé, dans l’administration coloniale. Bien que très attaché aux rives de l’Odet, il part s’installer au début des années 1900 à Paris et, rapidement, s’insère dans l’intense vie artistique de la butte Montmartre, côtoyant pêle-mêle Apollinaire, Utrillo, Pierre Mac Orlan, Modigliani, Vlaminck, Braque, Duffy… C’est à ce moment que, suite à une vision, Max Jacob se convertit au catholicisme…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Erwan LE GALL sur le site en envor

En Envor est la revue électronique gratuite d’histoire de la Bretagne contemporaine. Périodiquement, retrouvez en ligne sur votre ordinateur des articles de qualité, richement illustrés, écrits par les meilleurs spécialistes de l’histoire contemporaine en Bretagne. Vous êtes mobile? Pas de problème: téléchargez gratuitement les articles sur votre tablette!

En envor est une revue ouverte; c’est-à-dire que chacun peut y contribuer en adressant au comité éditorial une proposition de texte.

Pour en savoir plus…


Vous aimerez aussi...