L’affaire Finaly. Le chemin de croix des enfants volés

Une photo datant des années 1950 de Robert (à gauche) et Gérald Finaly dans un kibboutz en Palestine. Survivants de l’Holocauste, les enfants Finaly sont nés de parents juifs, à La Tronche, petite ville près de Grenoble. © AFP / AFP

C’est l’histoire célèbre de deux petits frères juifs, Robert et Gérald Finaly, cachés à Grenoble pendant la Seconde Guerre mondiale par une brave catholique, la courageuse Mademoiselle Brun. Invitée Marion Feldman professeure en psychopathologie auteure de livres sur la clinique des affiliations et l’impact des traumas

Les parents des deux enfants sont déportés à Auschwitz, ils n’en reviendront pas. A la libération, la tante des deux orphelins, installée en Israël, clame sa reconnaissance et réclame ses neveux. Mais Mademoiselle Brun refuse, plaide qu’elle les a sauvé, élevé, baptisé. Des enfants de chœur qui n’ont rien à faire dans un kibboutz – et déjà l’antisionisme affleure à la faveur de la polémique…

Marion Feldman est professeure en psychopathologie à l’Université Paris-Nanterre. Elle a fait paraître des ouvrages sur la clinique des affiliations et l’impact des traumas sur la construction de l’enfant, et notamment :  

Pour en savoir plus sur le site de France inter

AFFAIRES SENSIBLES du jeudi 7 mars 2019 par Fabrice Drouelle


Vous aimerez aussi...