La nature du peuple – Les formes de l’imaginaire social (XVIIIe, XXIe siècles) – (Déborah Cohen)

Parution du livre en mars 2010 – C’est du fourmillement des archives judiciaires qu’est né ce livre; grâce à l’analyse minutieuse de cette matière concrète, formidablement vivante, l’auteur nous permet de comprendre comment les catégories populaires du mile siècle français se sont pensées comme groupe et comment les individus populaires ont construit une image d’eux-mêmes, jusque dans leur rapport le plus intime à leur trajectoire, à leur quotidien et à leur corps. Leur parole dit le sentiment d’indignité, tel Damiens, régicide inaccompli, à qui son juge demandait s’il n’avait pas souhaité parler au roi, et qui répondait  » que non, que ce n’est pas un homme de son espèce qui ira parler au Roi « . Parfois aussi, du fond du mépris dans lequel on les tient, des hommes du peuple disent haut et fort leur envie de liberté, leur défense des règles traditionnelles contre la volonté de contrôle des institutions. Mais la manière dont les classes populaires se pensent et se vivent dépend de la manière dont elles sont pensées et parlées par les élites, qui ont le pouvoir de définir les places et les parts. La Nature du peuple est donc également une histoire intellectuelle des types de discours et de porteurs du discours sur les catégories sociales. A un discours naturalisant, qui fait des catégories sociales des essences immuables déterminant les comportements individuels, se substitue peu à peu, dans la seconde partie du siècle, un nouveau discours sur la société en général et sur le peuple en particulier qui fait place à un goût du fait et de l’observation. L’analyse participe ainsi de l’écriture d’une protohistoire des sciences sociales, certes non constituées en discipline, mais dont les méthodes s’amorcent timidement et qui sont ici étudiées dans les discours académiques, dans la littérature moralisante et dans les textes de l’économie politique naissante. Ce livre nous convie donc à un voyage à la fois concret et conceptuel, du plus haut au plus bas de la société du siècle, entre écriture et oralité, soumission à l’ordre dominant et rébellions. Il le fait avec la conviction que quelque chose de cet Ancien Régime est en train de revenir: la figure d’un peuple opprimé mais glorieux, celle que portait le marxisme triomphant, est aujourd’hui dissoute en myriades d’individus que ne regroupe aucune conscience de classe et qu’on ne sait comment agréger, comment nommer. Le résultat est une forme d’invisibilisation des réalités plébéiennes. En cela, et par-delà le XIXe et le XXe siècle, notre époque et le XVIIIe siècle sont proches.

Sommaire

  • DISCOURS D’ORDRE(S) : DISCOURS DE POUVOIR, DISCOURS ESSENTIALISTES
  • MÉTAPHYSIQUE ET ESTHÉTIQUE DU FAIT (1750-1789) : UN NOUVEAU REGARD SUR LE PEUPLE ?
  • PEUPLE PRODUCTEUR CONSOMMATEUR : DES DISCOURS ENTRE THÉORIE ET EMPIRE
  • HAINE DE SOI ET RÉSISTANCES AU STIGMATE
  • AUTONOMIES POPULAIRES : DISCOURS DU FAIT, DISCOURS DU DROIT

Cohen Déborah – Ancienne élève de l’Ecole normale supérieure (Ulm). Thèse EHESS 2004 sous la direction d’Arlette Farge : Le Peuple : de l’Autre au différent. La construction des identités individuelles et collectives des classes populaires (France, XVIIIe siècle). 

MCF à l’Université d’Aix-Marseille de 2007 à 2015. MCF à Rouen depuis septembre 2015.

Déborah Cohen est maîtresse de conférences en histoire moderne à l’Université de Rouen-Normandie.

Ses recherches portent sur les formes individuelles et collectives de perception et de description du monde social (notamment populaire) dans la France du 18e siècle et de la Révolution.

En 2010, sa thèse est parue sous le titre La nature du peuple : les formes de l’imaginaire social (XVIIIeXXIe siècles) aux éditions Champ Vallon.

Elle a plus récemment publié : « Peuple émancipé ou peuple à régénérer : les débats du moment révolutionnaire (1789-1795), Revue du Mauss, n°48, 2016, p. 45-58 ; « Vivre comme des chiens ? La vie animale comme modèle et anti-modèle, après l’an II », Annales historiques de la Révolution française, 2014, n°3, p. 59-79 ; « Catégories sociales et discours sur la société », in Christophe Granger, (dir.), À quoi pensent les historiens, Paris, Éditions Autrement, 2013, p. 197-208.

Pour en savoir plus sur http://grhis.univ-rouen.fr

Vidéos d’appui :

 

 


Vous aimerez aussi...