1897, La Fronde : quotidien féministe conçu et dirigé par des femmes

Affiche pour La Fronde ; Clémentine Hélène-Dufau ; 1898 – source Gallica BnF

En 1897 paraît le quotidien féministe La Fronde, conçu uniquement par des femmes. Les autres journaux sont partagés entre bienveillance et franche moquerie.

Le 9 décembre 1897, un nouveau quotidien au titre batailleur paraît en France : La Fronde. Sa particularité : il est entièrement conçu et dirigé par des femmes. Journalistes, typographes, collaboratrices, imprimeurs, colporteurs : toute l’équipe est féminine. C’est une première mondiale.

Fondé par l’ancienne journaliste du Figaro Marguerite Durand, le journal se distingue aussi par sa ligne éditoriale résolument féministe. Réclamant dans son premier numéro « l’égalité des droits, le développement sans entraves des facultés de la femme, la responsabilité consciente de ses actes, une place de créature libre dans la société », La Fronde rêve « de l’union de toutes les femmes sans distinction de culte ni de race ».

Le quotidien détonne à une époque où le journalisme est un milieu presque exclusivement masculin et où les idées féministes restent très marginales dans le champ intellectuel. Dans les autres journaux hexagonaux, les réactions oscillent entre la bienveillance et la franche misogynie.

Dans les premiers jours, le quotidien reçoit une large publicité et bénéficie des encouragements de ses confrères. La Presse publie dès le 4 décembre une interview de Marguerite Durand qui y dénonce, entre autres, la prédominance masculine dans le milieu de la presse :

En 1897 paraît le quotidien féministe La Fronde, conçu uniquement par des femmes. Les autres journaux sont partagés entre bienveillance et franche moquerie…

Pour en savoir plus lire le billet publié par  Pierre Ancery le 25 octobre 2017 sur le site de Retronews


Vous aimerez aussi...