Conférence de Jean-Marc Berlière, auteur de « Polices des temps noirs » au siège de la direction générale des douanes le 26 mars 2019

L’AHAD convie ses adhérents à assister, le 26 mars prochain à 13 h, à la conférence que donnera M. Berlière, professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne et à l’IEP de Grenoble, auteur d’un ouvrage retraçant l’histoire des forces de sécurité de 1939 à 1945 : « Police des temps noirs ». A ce titre, il a consacré quelques développements au rôle de l’administration des douanes de l’État français.

La conférence est programmée à 13 h au siège de la direction générale des douanes, 11 rue des deux communes à 93100 Montreuil. Elle se déroulera en salle 1.537-543 (rez-de-jardin niveau -1).

L’intervention vise à évoquer une séquence peu connue de l’histoire administrative, notamment douanière.

L’intervention comportera :

– une présentation générale des forces de police et de gendarmerie sous le régime de Vichy, y compris les services de renseignement, les services d’ordre et les milices souvent officieuses.

– un focus sur les services douaniers.

Cette conférence est accessible aux adhérents à jour de cotisation, sur inscription préalable avant le 19 mars 2019.

Pour vous inscrire, il vous suffit de nous contacter (en cliquant ici – rubrique « vie de l’association ») en précisant votre souhait de participer à la conférence et en mentionnant vos nom, prénom, qualité et adresse postale.

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Ancien professeur d’université, Jean-Marc Berlière est spécialiste de l’histoire de la police française © Photo dr l’Yonne républicaine

« C’est à l’occasion de recherches entreprises pour son mémoire de  maîtrise consacré aux grèves de 1919-1920 que Jean-Marc Berlière a découvert cet interlocuteur privilégié de l’historien qu’est le policier et les archives essentielles et d’une richesse infinie qu’il produit.

Soucieux comme tout historien de comprendre qui écrit, pourquoi, pour qui, questions essentielles pour la critique des sources, il découvre alors avec surprise le vide historiographique qui caractérise une institution dont l’étude et la connaissance sont pourtant indispensables pour qui veut étudier l’État, le politique et la société. Tout semble se passer comme si, pour les historiens qui utilisent ces sources, les policiers étaient transparents…

La cause de cette absence, comme il ne tarda pas à le découvrir, est double : d’un côté un monde universitaire victime de solides préjugés idéologiques (Cf. « police fasciste » de Sartre, les « CRS/SS »,…) et qui ne daigne pas s’intéresser à un objet « moralement illégitime » (le sociologue D. Monjardet qui connut les mêmes réticences évoquait un objet « sale » à propos de la police) qu’il assimile à la « répression », au chenil du capital, etc… ; de l’autre, une institution qui ne craint rien plus que la lumière. Car comme se plaisait à le répéter Fouché : la force de la police c’est qu’on ignore ses faiblesses.

C’est pour éclairer cet angle mort que Jean-Marc Berlière, alors professeur de lycée, s’est lancé, au début des années 1980, dans une thèse pionnière qui lui demandera 10 ans de recherches…

Pour en savoir plus sur https://criminocorpus.hypotheses.org/57451


Vous aimerez aussi...