Internés de la prison Montluc à Lyon – Policiers, Préfets, Agents de préfecture, Gendarmes, Douaniers, Sapeurs-Pompiers, Magistrats

Le Mémorial de la prison de Montluc, Lyon

Ce document constitue une contribution à l’histoire de la prison Montluc, érigée en mémorial national, dans laquelle ont été internés par l’Occupant plusieurs milliers d’hommes et de femmes. Il est réalisé dans le cadre plus large des recherches sur la Résistance policière dans les régions préfectorales de Lyon et de Clermont-Ferrand. 

Nous y faisons figurer les membres du corps préfectoral et les agents de préfecture  – NAP/Préfecture et NAP/Police (Noyautage des Administrations Publiques) travaillant en liaison -, ainsi que des gendarmes, douaniers et magistrats dont nous avons eu connaissance de l’internement au cours de ces travaux. 

Sont mentionnés les mouvements ou réseaux de Résistance lorsqu’ils sont connus. Pour les autres, il s’agit d’internements pour activités antiallemande, aide à la Résistance ou à des Juifs, enquêtes en liaison avec des actes de la Résistance qualifiés de terroristes, ou encore activité politique, c’est-à-dire communiste ou franc-maçon.  

Cette liste ne saurait être considérée comme exhaustive tant au regard d’une part du nombre de policiers internés à Montluc que d’autre part de l’internement et de la déportation des policiers qui ont été dirigés sur les CSS – Camps de séjours surveillés (Saint-Sulpice-la-Pointe, Saint-Pauld’Eyjeaux, Nexon, Fort l’Ecluse, Fort Barraux, Gaillac, etc.), notamment sur arrêté préfectoraux, incarcérés dans les maisons d’arrêt ou les geôles de la Gestapo ou de la Milice. Toutes les personnes arrêtées par la Gestapo (Sipo/SD), la Milice ou la Feldgendarmerie et conduites à Lyon n’ont pas été internées à la prison Montluc. Le commissaire de police Robert Coutenceau et le préfet Henri Trémeaud, arrêtés à Annecy, ont été conduits au siège de la Gestapo, à l’Ecole de Santé militaire, avenue Berthelot à Lyon avant d’être directement transférés sur la prison de Fresnes à Paris. On constate que lors d’opérations entraînant des arrestations de plusieurs policiers, dans les 10 départements de la Région relevant de Lyon (Ain, Ardèche, Drôme, Isère, Loire, Rhône, Savoie et Haute-Savoie, Jura et Saône-et-Loire), seuls sont transférés à Lyon, ceux qui certainement intéressent le SD régional.  A notre connaissance, les policiers arrêtés en région Auvergne ne sont pas conduits à Lyon, mais incarcérés dans les prisons, notamment à Clermont-Ferrand (au 92e), à Moulins (prison de la Mal-coiffée) et Vichy ou dans les CSS de la région.       L’Histoire n’est pas une science figée. Il est possible que de nouveaux éléments viennent compléter ou modifier ce qui est écrit aujourd’hui.       

Lyon, le 11 septembre 2012 (mis à jour mai 2018)  –             

Michel Salager 

Pour en savoir plus sur :

http://www.slhp-raa.fr/progs/UploadPci/Internes_de_Montluc.pdf

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

« Polices des temps noirs – France 1939-1945 » de Jean-Marc Berlière


Vous aimerez aussi...