L’enfer dans la ville », un film de Renato Castellani

Ce film méconnu de 1959, hormis une superbe photo et des décors réalistes d’une prison pour femmes, nous permet de retrouver dans un émouvant face-à-face Anna Magnani i, excellant dans les rôles de dure au grand cœur, et Giulietta Masina , qui réinterprète un peu le jeu qui l’avait fait découvrir dans La strada (1955), mais surtout Les nuits de Cabiria (1957) de Federico Fellini Fellini, son mari. Le sujet du film importe peu, il s’agit en fait d’un faux film néoréalisme, touchant et qui frôle de peu le drame. Mais il n’est pas qu’un prétexte pour mettre en scène des monstres déjà sacrés, mais surtout un assemblage de femmes en prison, dans leur désarroi, leur coquetterie, et leur malhonnêteté pour certaines. Bref, un petit monde clos que Federico Fellini reprendra diversement, notamment dans Huit et demi (la scène du harem) et surtout dans le pandémonium de La Città delle Donne.

Lina (Giulietta Masina), une jeune fille naïve, est injustement accusée de complicité de cambriolage dans la maison bourgeoise où elle travaille comme bonne, victime de la manipulation de l’homme dont elle est amoureuse. Elle est alors jetée en prison où elle fait la connaissance d’Egle (Anna Magnani), une habituée des lieux qui la prend sous son aile… La force de ce film vient du fait qu’il a été très élaboré à partir de recherches sur l’incarcération des femmes en Italie juste après la guerre…

Pour en savoir plus sur le site de http://livres-et-cinema.blogs.nouvelobs.com

Renato Castellani. L’enfer dans la ville. Reprise en salles, version remastérisée le 9 janvier 2019.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.