Le Crime de Samuel Schwartzbard – L’affaire des pogromes (Rémy Bijaoui)

Le 25 mai 1926, en plein Paris, Samuel Schwartzbard, Juif russe anarchiste, abat de sept balles de revolver le dirigeant nationaliste ukrainien, Simon Petlioura, qu’il estime responsable des terribles massacres perpétrés contre ses coreligionnaires – des massacres qu’il perçoit avec lucidité comme l’annonce de la catastrophe à venir. Une fois son geste vengeur accompli, l’homme se laisse arrêter sans résistance : il a tué avec préméditation et assume son acte en toute conscience.

Défendu par Henry Torrès, célèbre avocat qui transformera l’affaire en « procès des pogromes », Schwartzbard sera acquitté. Revenant sur ce singulier verdict où la victime devient l’accusé, Rémy Bijaoui rouvre le dossier. Instruisant à charge et à décharge, avec la minutie du juriste et la rigueur de l’historien, il reconsidère les années tragiques 1917-1919 en Ukraine, et porte un regard impartial sur ce procès qui fit grand bruit à l’époque.

Rémy Bijaoui

En 1928, les nombreuses personnalités, tels Blum, Einstein ou Gorki, qui avaient apporté leur soutien à Schwartzbard, fonderont la L.I.C.A., « Ligue pour lutter contre l’antisémitisme », qui deviendra, en 1979, la L.I.C.R.A., « Ligue internationale pour lutter contre le racisme et l’antisémitisme ».

Feuilletez un extrait au format 

Rémy Bijaoui est avocat et consacre ses recherches à l’histoire de la justice.

Editions Imago info@editions-imago.fr


1 réponse

  1. luc nemeth dit :

    Ayant été obligé de prendre connaissance de cette (médiocre) compilation pour raisons de recherche j’ai renoncé à comprendre comment elle avait réussi à trouver éditeur. Outre que l’exercice qui consiste à… “refaire le procès” a toujours quelque chose d’un peu ridicule : ce qui amène l’auteur, même s’il fait fait mine de s’en défendre (p. 8) est une primaire tentative de réhabilitation de Petlioura. Qui plus est il se fait à lui-même les questions et les réponses, et tente de faire du “neuf” avec du vieux : personne à ma connaissance n’a jamais accusé Petlioura d’avoir lui-même donné l’ordre des pogromes -mais de les avoir laissé commettre. Ce point fut d’ailleurs explicité par… Schwartzbard lui-même du procès.
    Que cette nauséabonde besogne ait pu bénéficier du soutien du… Centre National du Livre (!) en dit long, sur la gangrène de ce qui ose encore porter le nom de République.