“Sonnets de résistance” par Georges-Arthur Goldschmidt

Toute la période qui suivit la Première Guerre mondiale fut en Allemagne à la fois extraordinairement féconde et particulièrement inquiète. La vie politique se caractérisait par des affrontements de plus en plus violents entre la gauche autour du KPD et les nazis. La scène politique était désagrégée par les manifestations des SA qui étaient toujours destructrices. Le désir de renouveau, la volonté de renaissance, étaient à ce point puissants que bien des esprits éclairés tenaient pour négligeable ce qu’ils  jugeaient être de simples embardées, et pourtant, dès le 14 juillet 1934, la loi « pour la prévention d’une postérité héréditairement malade », qui permet la stérilisation des personnes jugées superflues (lebensunwertes Leben)  et bientôt (1939) leur élimination physique, aurait dû leur ouvrir les yeux. Mais ce mélange d’enthousiasme et de terreur qui tenait bien des esprits paralysait toute tentative de résistance. Après 1939, l’entrée en guerre, de plus, neutralisa toute opposition …

Pour en savoir plus sur le site de en-attendant-nadeau

Albrecht Haushofer, Sonnets de la prison de Moabit. Trad. de l’allemand par Jean-Yves Masson. La Coopérative, 204 p., 20 €


Vous aimerez aussi...