RUBRIQUE ŒIL EN EVEIL – « Autopsie des morts célèbres » ou le dialogue avec des défunts illustres

Son dernier livre, il l’a dédié à ses enfants, histoire, je présume, de leur offrir une alternative aux contes de Grimm ou autres récits d’Andersen en guise de berceuse…, sous la forme des histoires de squelettes des morts illustres. Lui, c’est Philippe Charlier, non moins célèbre médecin légiste, anatomo-pathologiste, paléo- pathologiste et directeur du département de la recherche et de l’enseignement du Musée du Quai Branly-Jacques Chirac à Paris.

Je vous en ai déjà dit un mot dans ma chronique du 18 janvier dernier, intitulée « Philippe Charlier – le médecin des morts ». Un récit, plutôt qu’un mot, en vérité, tant son parcours professionnel est fascinant. Et ces histoires des squelettes, c’est son dernier ouvrage « Autopsie des morts célèbres », aux éditions Tallandier, coécrit avec David Alliot, dans la lignée du premier opus « Quand la science explore l’histoire » paru en 2014. Couverture couleur passion, plutôt que couleur sang, le livre conforte la réputation de l’auteur et sa capacité d’étudier des restes humains anciens, de faire parler les morts et d’en percer les secrets. Dans sa nouvelle enquête, de la préhistoire à l’époque contemporaine, chapitre par chapitre, il nous dévoile, commente, analyse, invite à une réflexion, agrémente d’une anecdote, les énigmes de ses patients de renom, Lucy, Saint-Louis, Marie-Madelaine, Anne d’Autriche, Descartes, Chopin, Balzac,….

Mon cœur m’a poussée d’entrée de jeu vers le chapitre sur le secret de l’histoire du cœur de Frédéric Chopin, dont la musique m’a accompagnée depuis ma toute petite enfance à Varsovie, une musique de berceau qui est devenue celle du quotidien. J’ai été épatée par analyse de l’auteur de la cause réelle de la mort de Chopin et surtout par la pertinence de sa critique des conclusions, selon lui erronées, de l’étude effectuée en 2017 par une équipe de scientifiques américains et polonais, qui avaient procédé, à l’examen du cœur du compositeur, cœur plongé dans du cognac et conservé depuis sa mort dans un pilier de l’église Sainte-Croix à Varsovie.

Et ce n’est pas seulement à cause de Madame Hanska que j’ai poursuivi ma lecture du livre par le chapitre traitant de la maladie et de la mort d’Honoré de Balzac, mon écrivain de prédilection depuis toujours et de l’influence, d’une manière générale, des pathologies sur la créativité et l’activité des artistes.

Et puis j’ai continué, par la fin, avec cette étonnante « autopsie » du Serment d’Hippocrate.

Alors, c’est décidé, moi aussi je vais mettre de côté la Belle au Bois Dormant et autres Chaperons Rouges, pour m’endormir aux doux murmures de secrets d’outre-tombe. En attendant le volume 3.

*****

Krystyna Kowalska : En collaboration avec Philippe Poisson, Krystyna rédige régulièrement et officiellement une critique de littérature policière RUBRIQUE OEIL EN ÉVEIL sur le discret carnet criminocorpus. Pour en savoir plus sur Krystina :

https://criminocorpus.hypotheses.org/59672

 

 

 


Vous aimerez aussi...