Les camps d’internement Américain pour les Japonais en 1942

On connaît tous l’histoire et l’horreur des camps de concentration et d’extermination sur le territoire européen par le nazisme d’Hitler , mais ce que l’on connaît moins c’est les camps de déportés en outre-atlantique pendant la seconde guerre mondiale :

Voici un reportage qui montre que le gouvernement américain de 1942 a fait de l’internement massive des ressortissants japonais à cause de la guerre.De nombreux citoyens germano-américains ont dû se rapporter au FBI pour vérification d’antécédents. La population fut invitée à dénoncer toute activité suspecte de la part de citoyens Américains originaires de pays belligérants. Un total de 11 507 personnes d’ascendance allemande ont été internées pendant la guerre. Ils représentaient 36,1% du total des internements placés sous contrôle étranger ennemi du ministère de la Justice des États-Unis.

Mais le sort des Américains d’origine Japonaise sur le territoire Américain a été le plus douloureux comparé aux Italiens ou Allemands ,la persécution des Japonais n’avais rien à envier de celles des juif en Europe! Plus de 200 000 civils ressortissants japonais et américains d’origine japonaise dans des centres appelés « War Relocation Camps », à la suite de l’attaque de Pearl Harbor, durant la Seconde Guerre mondiale et le 1er mars 1942, sur une proclamation du général John Dewitt, qui a déclaré que les Japonais « sont des gangsters qui doivent être traités comme tels » et qu’« un Jap est un Jap » et donner aux autorités le pouvoir d’arrêter systématiquement tous les Japonais, y compris les Japonais naturalisés américains, et de les enfermer dans des camps de détention! Parmi les Japonais internés, 62 % étaient des « Nisei », autrement dit des Japonais américains de seconde génération donc de citoyenneté américaine et 38 % des « Issei », c’est-à-dire des Japonais de première génération résidents aux États-Unis.

La commission spéciale d’enquête mise sur pied par le président Jimmy Carter en 1980 établit que la décision de déplacer les individus d’origine japonaise dans des camps de prisonniers s’expliquait par « le préjugé racial, l’hystérie de guerre et les ratés du leadership politique », non par des nécessités de défense. En 1988, grâce à une loi co-écrite par Norman Mineta et Alan Simpson, le Congrès présenta ses excuses aux survivants et leur accorda une compensation personnelle de 20 000 $ par prisonnier toujours vivant. Charles Montgomery Burns Ajoutée le 10 avr. 2017

 


Vous aimerez aussi...