“Desfourneaux bourreau – L’homme du petit jour” de Sylvain Larue.

Parution du livre le 21 mars 2019 – Derniers maillons de la justice, les bourreaux ont toujours suscité la crainte et le mépris hypocrite de leurs concitoyens, pourtant en majorité fort peu hostiles au châtiment suprême. Ils étaient la face noire de la loi, des hommes aux fonctions taboues dont le fait même d’évoquer le nom relève encore de nos jours du scandale, près de quarante ans après l’abolition de la peine de mort. Dans l’histoire contemporaine, Jules Henri Desfourneaux est probablement celui dont le souvenir est le plus oublié, car le plus honni. Natif de Lorraine, issu d’une longue lignée d’exécuteurs, Desfourneaux devient, à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale, le successeur de son oncle et patron, le fameux Anatole Deibler. Il sera le dernier bourreau de France à faire usage de la guillotine en public, à l’entrée des prisons. Weidmann et Petiot, entre autres, finiront leurs vies sous sa lame. Cette biographie est à la fois un rappel de l’existence atypique de cet homme et le souvenir d’une quarantaine d’années d’histoire(s) criminelle(s), à l’époque pas si lointaine où, sous le ciel gris-rose de l’aube, des hommes se réunissaient autour du couperet de la guillotine «au nom de la Justice française»…

Historien autodidacte, ayant publié dix-huit ouvrages sur les affaires criminelles, Sylvain Larue s’est spécialisé depuis vingt ans dans l’étude approfondie de la peine de mort, de la guillotine, des condamnés à mort et des bourreaux. Il est également l’auteur de la série de romans policiers historiques «Les enquêtes de Léandre Lafforgue», aux éditions De Borée. De Borée Éditions


Vous aimerez aussi...