Au tribunal, une « dichotomie » entre la télé et les dossiers

Le Fouquet’s, sur les Champs-Elysées, samedi. Photo Yann Castanier. Hans Lucas

Les prévenus présentés lundi en comparution immédiate après la casse de samedi semblaient bien éloignés des «ultra-violents» qui se sont illustrés sur les Champs-Elysées.

Chaque semaine, c’est le même rituel : après la marée humaine qui envahit les rues de la capitale, ce sont des visages qui se succèdent entre des vitres de verre au palais de justice de Paris. Aux comparutions immédiates, la manifestation n’est plus ce long et impersonnel serpent fluo, elle redevient des fragments de vie. «Je suis fier d’être français,entame avec emphase le procureur de la République ce lundi après-midi. Je suis fier que nous ayons le droit de manifester […] c’est la démocratie. Mais cela s’exerce dans les limites du raisonnable et de l’interdit.» D’après les images, elles ont dans les deux cas été franchies samedi lors de «l’acte XVIII» des gilets jaune : des heurts sur les Champs- Elysées, un kiosque à journaux en cendres, des boutiques pillées et la terrasse de la célèbre brasserie du Fouquet’s ravagée. Il s’agirait de l’action de «1 500 ultra-violents», selon les mots du ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner. Des «gens qui veulent détruire la République et tout avec elle», a ajouté Emmanuel Macron…

Pour en savoir plus lire l’article de  Julie Brafman 18 mars 2019 sur le site de Liberation


Vous aimerez aussi...