150 – Portrait du jour : “Un sourire ne coûte rien, mais il crée beaucoup” – Tamara Korniloff, l’auteure du roman “Un printemps à Paris”

Marc Renneville, directeur du Clamor et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

 

.

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le blog Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique « portrait du jour » permet de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc. Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du Clamor et de Criminocorpus.

Un proverbe américain de 1936 dit “Un sourire ne coûte rien, mais il crée beaucoup”… et bien pour son 150ème Portrait du jour  la rédaction du carnet criminocorpus reçoit Tamara Korniloff, l’auteure du roman “Un printemps à Paris”

Tamara vit à Paris. Elle écrit des romans et des nouvelles. Elle exerce une activité professionnelle dans les médias et joue au théâtre dans une troupe d’improvisation.

Bienvenue Tamara Korniloff sur notre site. Ph.P.

 

 

“Bonjour Chères Lectrices, Chers Lecteurs,

Je remercie particulièrement ce site de me laisser m’exprimer sur mon art.
 
Pour me présenter… je suis née le 10 janvier 1988, à Paris, j’ai eu un parcours éloigné de la littérature pendant vingt ans, c’est plutôt la vie qui m’a sans cesse ramenée vers cette passion, qui aujourd’hui est également un mode d’existence.
 
J’ai fait des études de commerce à Paris, et c’est en me mettant à travailler à plein temps, en début de vingtaine que j’ai commencé à écrire. Je menais une carrière mais me sentais incomplète, et c’est pour pallier à ce sentiment curieux que mon hobby est devenu l’écriture.  Quelque chose d’indicible en moi, telle une force indescriptible, me poussait à écrire! Ce fut une nouvelle par semaine, puis un premier roman, en peu de temps mes écrits ont connu un franc succès sur la toile via les plateformes d’hébergement, je lisais ces commentaires des lecteurs et ces échanges, alors j’ai continué, puis Un Printemps à Paris a été écrit, un roman de Vie, sur les liens humains, les crises de vie, la résilience, la capacité de guérison inhérente à l’être humain.
 
L’idée de ce roman m’est apparue lorsque j’étais bénévole dans une structure qui s’adressait aux personnes démunies. J’y ai découvert la puissance de l’empathie, qualité fortement éclipsée dans le monde moderne et qui pourtant résout les incompréhensions et les conflits les plus courants. 
 
J’ai vu alors autour de moi des personnes totalement anonymes, éloignées du monde individualiste et narcissique du quotidien, ces personnes œuvraient discrètement, à l’ombre de tous, comme ceux qui travaillent dans le social (samu, hôpital …), et grâce à tous ces êtres des vies sont sauvées, des gens s’en sortent, et tout cela est ignoré par notre société obnubilée par la réussite et la performance !
 
Un Printemps à Paris , Ramsay Editions, est dédié à toutes ces personnes, les discrets qui font tourner une société.
 
 
Je travaille également dans le monde des médias, j’ai besoin de ces deux équilibres, le monde concret de l’entreprise et la vie plus abstraite de l’écriture que je rejoins pendant mes vacances.
 
J’ai pu être membre d’une troupe de théâtre pour pratiquer l’improvisation pendant deux ans. Cette pratique m’a appris à réellement habiter le corps,à accueillir la spontanéité et à appréhender différemment le regard d’autrui.
 
Je lis beaucoup, de nombreux essais philosophiques m’ont marquée, et certains auteurs réalistes également. je suis passionnée par la philosophie et certaines sciences sociales, je vois l’être humain comme un phénomène curieux, assez mystérieux, en perpétuel mouvement, qui réserve des surprises, assez imprévisibles. C’est cette dimension qui m’anime dans l’écriture, les personnages se révèlent eux mêmes, ils évoluent, ils ont de telles ressources ! Ils sont en devenir, du germe où naissent leurs racines jusqu’à leur disparition.
 
Et puis il y a toujours selon moi un faisceau lumineux qui peut scintiller, et jaillir d’un personnage, d’un être, d’une situation. Même si mes romans adoptent aussi la tournure dramatique et acceptent la notion de tragédie dans l’existence, je pense que le lecteur y retrouvera aussi ce faisceau de lumière qui se dégage quelque part …
 
Les auteurs tels que Fédor Dostoïevski et Léon Tolstoï m’ont marquée, ainsi que Gustave Flaubert, Guy de Maupassant, Virginia Woolf, Stefan Zweig… et tant d’autres…
 
Un contemporain m’a réellement marquée c’est Andreï Makine.
 
Explorer l’âme humaine, la voir se révéler et découvrir ses innombrables surprises là est la vocation de l’écrivain !
 
Amitiés” . Tamara Korniloff

 


Vous aimerez aussi...