Troc de bébés et ventre des femmes : le Parti populaire espagnol dans les pas de Franco

Une femme fuit l’Espagne, son bébé dans les bras, pour rejoindre la frontière française, à une date inconnue durant la Guerre d’Espagne.• Crédits : Universal History Archive/UIG – Getty

Le marché que la droite espagnole entend proposer aux migrantes arrêtées alors qu’elles sont en situation irrégulière a quelque chose de surréaliste: leur bébé contre une clémence provisoire de la police. L’idée s’enracine dans une pure tradition franquiste : celle des bébés volés, longtemps taboue.

En Espagne, le parti conservateur, Parti populaire, pousse un projet de loi visant à retarder l’expulsion de migrantes enceintes en échange de leurs bébés. Concrètement, les femmes seraient toujours expulsables après leur accouchement, mais elles obtiendraient ainsi la garantie de pouvoir accoucher sur le sol européen, et d’y rester jusqu’à la naissance. Sitôt l’enfant né et cédé à l’adoption, elles redeviendraient en revanche expulsables…

Pour en savoir plus lire l’article de  Chloé Leprince sur le site de l’émission France culture


Vous aimerez aussi...