L’ouverture du procès de Raoul Villain, meurtrier de Jean Jaurès

Photographie anthropométrique de Raoul Villain. Wikicommons.

S’il est bien un événement qui semble relever d’une discordance des temps, d’une sorte de persistance rétinienne quasi anachronique, c’est le procès de Raoul Villain, l’assassin de Jean Jaurès. Celui-ci s’ouvre en effet à Paris le 24 mars 1919, près de cinq ans après les faits. Cinq années d’une Grande Guerre ayant fauché 1 300 000 poilus, sans compter les blessés, les mutilés, les gueules cassées ou tout simplement les traumatisés, et ayant accouché d’un monde nouveau. Alors que s’ouvre la première audience, L’Ouest-Eclair titre d’une part sur la poussée des « Soviets » en Europe centrale, d’autre part sur une paix qui, à Versailles, ne semble pas parvenir à être conclue. Si une colonne est bien réservée au procès de l’assassin de Jean Jaurès, celui-ci semble presqu’anecdotique, comme relevant d’une séquence historique antérieure. La preuve en est que le grand quotidien catholique éprouve le besoin de « rappeler les faits » à ses lecteurs1

Pour en savoir plus lire le billet publié par Erwan LE GALL sur le site En envor

En Envor est la revue électronique gratuite d’histoire de la Bretagne contemporaine. Périodiquement, retrouvez en ligne sur votre ordinateur des articles de qualité, richement illustrés, écrits par les meilleurs spécialistes de l’histoire contemporaine en Bretagne. Vous êtes mobile? Pas de problème: téléchargez gratuitement les articles sur votre tablette!

En envor est une revue ouverte; c’est-à-dire que chacun peut y contribuer en adressant au comité éditorial une proposition de texte.

Pour en savoir plus…


Vous aimerez aussi...