Les casseurs, combien de divisions?

Un « gilet jaune » devant une barricade en feu en face d’une boutique des Champs-Élysees le 16 mars 2019 | Zakaria Abdelkafi / AFP

 

La somme des activistes issus de l’ultra-gauche et de l’ultra-droite ne suffit pas à expliquer le nombre de personnes violentes dans les manifestations des « gilets jaunes ».

Le changement de préfet décidé par le gouvernement ne solde pas le débat sur le maintien de l’ordre à Paris. Le nombre d’éléments violents annoncés par les forces de l’ordre au fil des «actes» hebdomadaires parisiens de «gilets jaunes» se révèle élevé: 1.500 pour ce dernier samedi, soit une ou un manifestant pour dix environ si on suit le décompte officiel. Selon le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner, « des professionnels de la casse et du désordre équipés et masqués ont infiltré les cortèges »…

Pour en savoir plus Nicolas Lebourg — 20 mars 2019 à 10h50 sur le site de Slate

Chercheur en sciences humaines et sociales (Centre d’études politiques de l’Europe latine). En 2017 il a publié avec Isabelle Sommier “La Violence des marges politiques” chez Riveneuve, avec Jean-Yves Camus “Far-right politics in Europe” aux presses universitaires d’Harvard, et avec Jérome Fourquet “La Nouvelle guerre d’Algérie n’aura pas lieu” à la Fondation Jean Jaurès.


Vous aimerez aussi...