Les jeunes des années 1940, instruments de la politique de Pétain (Priscille Lamure)

Photo d’un garçon réquisitionné au camp paysan de Fleurus dans le cadre du Service civique rural, La Petite Gironde, 1941 – source : RetroNews-BnF

Pour le maréchal Pétain, le « relèvement » de la France vaincue ne peut se faire sans l’action de la jeunesse. En ce sens, divers services civiques sont mis en place afin « d’encadrer » celle-ci, leur transmettant sans fard l’idéologie du régime de Vichy.

Dans les années 1940, seuls quelque 3 % des jeunes Français vont au lycée. Nombre d’entre eux ont interrompu leur scolarité après le certificat d’études primaires afin d’entrer dans le monde du travail en tant qu’apprentis ou salariés. Ainsi, ce que l’on nomme la « jeunesse » française de cette époque constitue un groupe hétérogène composé d’écoliers, d’étudiants, d’ouvriers ou d’agriculteurs.

Comme tout régime autoritaire, le gouvernement de Vichy fait de la jeunesse un véritable enjeu politique. Pour Philippe Pétain, à la tête du nouvel État français, c’est sur les jeunes du pays que reposent ses espoirs d’un hypothétique « redressement » du pays. Dès octobre 1940, le quotidien aquitain La Petite Gironde, fervent collaborationniste, se fait le porte-parole de la politique destinée à mobiliser les jeunes pour la reconstruction de la nation, notamment via une rubrique régulière intitulée « Pour les jeunes, par les jeunes » …

Le 20 mars 2019 par Priscille LamurePour en savoir plus sur le site de Retronews

Priscille Lamure, débusque dans Gallica perles et drôleries historiques. Son blog, Savoirs d’Histoire, lui permet de partager ses trouvailles pour notre plus grand bonheur.

Grande curieuse et passionnée d’histoire depuis l’enfance, elle a commencé son parcours professionnel par une carrière de danseuse à Paris avant de reprendre des études, à l’âge de 24 ans, dans le but de se consacrer à son amour pour l’histoire, les arts et la culture. Depuis l’été 2015, elle tient le blog Savoirs d’Histoire sur lequel elle traite avec humour l’histoire, mais aussi de culture et de littérature. Depuis le début de l’année, elle contribue également aux publications de RetroNews


Vous aimerez aussi...