ARTE diffuse un portrait inédit de Joséphine Baker le dimanche 24 mars 2019 à 17h35 en replay pendant 7 jours

ARTE diffuse un portrait inédit de Joséphine!

Dimanche 24 mars 2019 à 17h35 en replay pendant 7 jours

Rediffusion dimanche 14 avril 2019 à 22h45

Le château a prêté quelques-unes de ses archives pour ce documentaire.

Adulée en Europe, Joséphine Baker s’est heurtée au racisme de l’Amérique ségrégationniste, son pays natal. Récit du destin hors du commun de la première star noire et de ses combats.

_______________________________________________________________________________________________________________________________

Joséphine Baker, la résistante

Joséphine Baker, la résistante

Pascale Chardonnet et Françoise Firmin, Société d’Histoire du Vésinet, avril 2014. : Dès le début de la guerre, Joséphine Baker se montre une ardente patriote. Devenue française par son mariage, en 1937, avec Jean Lion (de son vrai nom Levy), un industriel juif, elle décide d’entrer en résistance contre les nazis et refuse de chanter à Paris tant que les Allemands y seront. Elle a plus de 4000 filleuls de guerre. Chaque soir, elle assure la gestion à ses frais d’un centre d’accueil de réfugiés à la Gare du Nord. A l’aube elle regagne au Vésinet sa maison lointaine.

Avant de se coucher elle s’astreint encore à une longue prière. Elle dort quelques heures et dès qu’elle a pris son bain, elle s’assoit à une table dans sa chambre ; elle écrit à ses soldats. Puis elle s’occupe de la préparation des colis qu’elle leur destine et finance elle-même. [1]

Elle effectue dès 1939 plusieurs tournées le long de la frontière nord-est pour motiver les troupes.

En septembre 1939, Daniel Marouani, frère de l’agent de Joséphine Baker, la présente à Jacques Abtey, officier du 2ème Bureau, le service de renseignement de l’Armée. Abtey, qui était chef du contre-espionnage militaire à Paris au moment de la déclaration de guerre, est alors chargé de recruter des « Honorables Correspondants » des personnalités bénévoles et dignes de confiance susceptibles de se rendre partout sans éveiller les soupçons afin de recueillir des renseignements sur l’activité des agents allemands. Jacques Abtey relate ainsi leur rencontre, à la villa Beau Chêne du Vésinet [2]…

Pour lire l’intégralité de cet article, voyez le lien ci-dessous

Joséphine Baker, la résistante

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Elle s’appelait Joséphine Baker, elle avait la peau dorée des métis amérindiens, l’accent chantant et elle faisait tourner les têtes ! Née en 1906 dans le Missouri, puis naturalisée française, la reine du charleston et des nuits parisiennes faisait vibrer la fibre de l’exotisme au plus haut point, mais elle n’était pas seulement une jolie voix dans un corps superbe, elle était avant tout une femme de cœur. Mère dans l’âme, elle adopta douze enfants qu’elle ne pouvait avoir…

Octobre 1925. Roulement de batterie, un coup de cymbales. Elle jaillit sur la scène, nue, une ceinture de bananes autour des reins et le crâne passé au cirage, exécute tambour battant un numéro ébouriffant ! Ce que l’on sait moins, c’est que pendant la guerre, Baker fut un agent français du contre-espionnage et reçut d’ailleurs à la Libération la médaille de la Résistance !

Elle utilisa ensuite sa grande popularité dans la lutte contre le racisme, et pour l’émancipation des Noirs, en particulier en soutenant le Mouvement des droits civiques de Martin Luther King.

Grâce à l’aide d’admirateurs célèbres (Brigitte Bardot, Jean-Claude Brialy puis Grace de Monaco), elle revint sur scène en 1975: nouveau et dernier triomphe à Bobino pour un spectacle qui salua ses 50 ans de carrière. Elle meurt le lendemain de la 14e représentation, le 12 avril 1975, à 68 ans. Chapeau l’artiste ! Merci à Arcānum : Paris Secret & Insolite

 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.