Les guinguettes, lieux de noce et de débauche dans la France du XIXe

Le Déjeuner des canotiers, Pierre-Auguste Renoir, 1881 – source : Wikicommons

Nées au XVIIIe siècle dans les banlieues de Paris, les guinguettes essaimèrent par la suite partout en France. Cabarets, restaurants et parfois lieux de bal, elles connurent un immense succès populaire.

Avant 1860, Paris était moins étendu qu’aujourd’hui : la capitale s’arrêtait au mur des Fermiers généraux, dont le tracé se retrouve en partie le long des actuelles lignes 2 et 6 du métro. Au-delà de ces frontières (marquées par des barrières), l’octroi, une taxe sur les marchandises en vigueur à l’époque, n’était plus perçue.

C’est pour cette raison que se développèrent dès le XVIIIe siècle, en banlieue proche, des lieux de fête bucoliques qu’on appelait les guinguettes, dont les propriétaires n’avaient pas à payer de taxe sur l’importation de vin.

Les plus fameuses se situaient sur les barrières de la ville, à Montparnasse et à la Courtille principalement, mais aussi dans les villages de Belleville, de Ménilmontant, à Suresnes, à Robinson ou encore à Nogent-sur-Marne…

Pour en savoir plus par Pierre Ancery le 22 mars 2019 sur le site de Retronews


Vous aimerez aussi...