Réveiller l’archive d’une guerre coloniale – Photographies et écrits de Gaston Cherau, correspondant de guerre lors du conflit italo-turc (1911-1912)

En 1911, le romancier Gaston Chérau (1872-1937) est missionné par le quotidien Le Matin pour couvrir la guerre qui vient d’éclater entre l’Italie et l’Empire ottoman. Ce conflit pour le contrôle du territoire de l’actuelle Libye, qui précipita le déclenchement de la guerre dans les Balkans (1912) constituant ainsi les prémices de la Grande Guerre, vit s’affirmer l’utilisation de la photographie dans la presse. 

Cet ouvrage rassemble l’archive inédite de Gaston Chérau : plus de 200 photographies, une correspondance privée, des publications dans la presse et un récit littéraire tardif (1926). En participant à la construction collective du récit de guerre, le journaliste est tiraillé entre sa fonction de témoin et la manipulation des pouvoirs politiques, militaires et médiatiques. L’avènement de l’écrivain en reporter-photographe permet au Matin de conforter sa stratégie commerciale, construisant sa modernité sur la dimension visuelle de l’information. 

L’ensemble de ces documents constitue une source de premier plan pour comprendre le rôle contraint du correspondant de guerre, que l’historien Pierre Schill décrit et analyse dans la première partie du volume. La suite de l’ouvrage rend compte d’un croisement des regards contemporains à partir de l’archive réveillée. Deux expositions et plusieurs oeuvres ont contribué à lui donner une résonance publique. 

Les écrivains Jérôme Ferrari et Oliver Rohe ont publié un récit à quatre mains A fendre le coeur le plus dur ; le danseur et chorégraphe Emmanuel Eggermont a mis en scène un spectacle à partir des images ; la plasticienne Agnès Geoffray a travaillé sur la matérialité de l’archive. L’historien Quentin Deluermoz, l’écrivain et éditeur Mathieu Larnaudie, la critique d’art Smaranda Olcèse et l’historienne de l’art Caroline Recher, en analysant ces interprétations singulières, montrent comment le compagnonnage entre art et histoire a pu faire écho à la puissance expressive de ces archives visuelles.

Professeur d’histoire-géographie et chercheur associé au laboratoire C.R.I.S.E.S de l’Université Paul-Valéry à Montpellier, Pierre Schill est à l’origine de la découverte de la documentation produite par Gaston Chérau. Son analyse historique s’est accompagnée d’un partage de l’archive avec des artistes : le chorégraphe Emmanuel Eggermont a produit le solo Strange Fruit, la plasticienne Agnès Geoffray les œuvres Les Regardeurs et Les gisants, les écrivains Jérôme Ferrari et Oliver Rohe l’essai À fendre le cœur le plus dur (Inculte, 2015) ; Jérôme Ferrari mobilise aussi cette archive dans son roman À son image (Actes Sud, 2018). Ce croisement des regards est analysé par quatre essayistes – dont l’historien Quentin Deluermoz – dans la seconde partie de l’ouvrage.

Caroline Recher (Contributeur), Smaranda Olcèse (Contributeur), Mathieu Larnaudie (Contributeur), Quentin Deluermoz (Contributeur).

CRÉAPHIS ÉDITIONS


Vous aimerez aussi...