Les complaintes criminelles : chanter le crime !

Les complaintes criminelles pouvaient compter des dizaines de couplets. Chantées sur des timbres connus de tous, leur écho se prolongea très loin dans le temps.Ni l’apparition des journaux populaires à bas prix ni la Grande Guerre n’en vinrent à bout. Il fallut la victoire de la radi actée pendant la Deuxième Guerre.

« Faites entrer l’accusé »… Il n’est pas de chaine de télé, et jusque sur la TNT, qui ne rêve d’émissions de faits divers à succès. L’une d’entre elles s’appelle « Affaire suivante ». Un personnage y chasse l’autre : le violeur aux chaussettes, le calvaire de la jeune fille au pair à Londres, le maitre-chien qui a tué la petite Maelys…

Au XIXème siècle, nous avions : le procureur saigné sur une table de cuisine, le curé fratricide, l’empoisonneuse en série… Leurs histoires étaient imprimées sur des feuilles volantes – des canards, et chantées au coin des rues et jusque dans les maisons…

Pour en savoir plus sur le site de l’émission France inter

Criminocorpus : musée d’histoire de la justice, des crimes et des peines.

Les complaintes criminelles en France après 1870 : inventaire, problématisation, valorisation d’un corps méconnu – Colloque les 2-3 avril 2019 à la Bibliothèque Nationale de France. Entrée libre mais inscription obligatoire auprès de clamor@crimocorpus.org 

CD Rennes en Chansons (Dastum).

Invité : Jean-François Heintzen

Historien, chercheur associé du CHEC de de l’Université Clermont Auvergne

LA MARCHE DE L’HISTOIRE du jeudi 28 mars 2019 par Jean Lebrun



Citer ce billet
Philippe Poisson (2019, 28 mars). Les complaintes criminelles : chanter le crime ! Criminocorpus. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ndkb

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search