Joséphine Baker : « C’est la France qui m’a faite ce que je suis. Je suis prête à lui donner aujourd’hui ma vie » (1940)

 

Joséphine Baker. La France au cœur. En 1939, Joséphine est une star de 33 ans. Venue d’Amérique en 1925, française dix ans plus tard, elle va, pendant la « drôle de guerre », aller sur tout le front pour rendre le sourire aux soldats. Sa ceinture de bananes devient mythique. En parallèle, elle est « recrutée » par Jacques Abtey, du 2ème bureau…pour tamponner les diplomates volontiers bavards avec elle (notamment l’ambassadeur japonais). Elle grignote ici et là, champagne à la main, des observations. Après la « débâcle », Joséphine Baker, intouchable, même pour l’ennemi, pourtant peu adepte, en façade, de son « art dégénéré », se réfugia dans son château de Dordogne, ou elle accueillit des réfugiés de l’exode de mai-juin 1940. Parallèlement, Jacques Abtey, se ligua avec son ancien supérieur, le capitaine Paillole, qui monta une officine officieuse de renseignement à la barbe de l’ennemi. Ce n’était ni Vichy, ni la France libre, mais la continuation des anciens services, contre les Allemands. Et Abtey, intronisé « le secrétaire Sanders» de Joséphine, fit du château de la star son nouveau QG. Radio comprise. Partie en tournée au Portugal, Joséphine cacha les renseignements des services de Paillole pour les Britanniques dans ses partitions…et en livra certaines, les cachant dans son soutien-gorge. Puis le duo Abtey-Baker s’installa au Maroc, protégé par les hautes autorités marocaines indigènes. Ce réseau fonctionna jusqu’à ce Joséphine tomba gravement malade (juin 1941). Il faudra attendre fin 1942 pour voir la star redevenir elle-même. Dès lors, Joséphine sera utilisée, comme Marlène Dietrich, pour supporter les troupes. Elle alla, infatigable, bien souvent en jeep, sur tous les fronts, vantant au passage, la France du général de Gaulle (qui lui remit une croix de Lorraine en or). Tout l’argent des divers concerts alla pour soutenir la cause. C’est ce don de soi hors normes qui lui valut d’être nommé sous-lieutenant des auxiliaires féminines de l’armée de l’air (23 mai 1944, officier de propagande). Joséphine rentra à Paris fin octobre 1944. Elle chanta gratuitement pour les hôpitaux, les soldats, les rescapés des camps. Joséphine ne quitte jamais, en scène, un immense drapeau français à croix de Lorraine.

En 1961, Joséphine reçut la croix de guerre et la légion d’honneur par le général Valin. Elle décéda en 1975. Elle disait en 1940 : « C’est la France qui m’a faite ce que je suis. Je suis prête à lui donner aujourd’hui ma vie ». N’hésitez pas à partager. Rudolph de Patureaux Ecrivain


Vous aimerez aussi...