“L’assassin habite le 47” : Jean Laprade, ce mauvais fils de 20 ans que tout accuse d’avoir décimé sa famille

Jean-Michel ARMAND, ancien formateur au Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (CRHCP) à l’École nationale d’administration pénitentiaire située à Agen.

De l’Agenais au Villeunevois, en passant par la prestigieuse École nationale d’administration pénitentiaire tout le monde connait l’intérêt jouissif que porte Jean-Michel Armand  pour l’Histoire des assassins. Aujourd’hui il nous revient avec une nouvelle affaire criminelle que vous pourrez retrouver en podcast sur le site de l’émission http://radiobulleagen.weebly.com/l-assassin-habite-le-47.html

Jean Laprade, mauvais fils de 20 ans que tout accuse d’avoir décimé sa famille.
Ce triple parenticide lui fera perdre la tête.C’est Louis Deibler qui la lui coupera !
 

“Un mauvais fils !

Il s’appelle Jean Laprade, il a 20 ans.1m 80 sous la toise, taillé en colosse, on ne connait que lui dans les cabarets du canton de Miramont ou dans les maisons « à filles » de Marmande

IL joue, il boit, il court la prétentaine loin des travaux des champs auxquels ce fils unique de propriétaires prospères est pourtant destiné. Ses besoins d’argent sont insatiables, aussi les éclats entre le père et le fils sont-ils nombreux et mettent souvent en émoi les voisins et en alerte les gendarmes. On plaint les parents d’avoir engendré « une telle engeance » et le père lui-même dit craindre pour sa vie tant la violence de ce fils, pourtant chéri, devient redoutable. Ne raconte-t-on pas à Allemans sur Dropt que le malheureux homme a dû couper sa barbe que le fils lui saisit violemment pour le jeter à terre ?

On redoute le pire et ce 10 novembre 1879, cette funeste échéance semble advenue. Le père François Laprade, sa femme Justine et la grand-mère Laprade sont retrouvés…massacrés !

Père et mère ont eu le visage emporté par des coups de fusil tirés à bout portant. On s’est de plus acharnés sur eux en leur tailladant le visage à coup de serpe. Les plaies sont tellement profondes que les têtes tiennent à peine au corps. Quant à la grand-mère, on lui a enfoncé la cage thoracique et réduit la tête en une bouillie sanglante.

Evidemment les soupçons se portent de suite sur Jean Laprade qui refuse d’endosser le rôle de parricide et crie son innocence. Il la criera encore au pied de la guillotine où, le lundi 19 mai 1879 à 4h30, l’attend Louis Deibler tout fraîchement nommé exécuteur en chef des arrêts criminels et dont c’est la première exécution en cette qualité. Cinq à six milles agenais viendront assister, place du Pin à la sentence capitale, d’autant plus excités que la ville n’en avait pas connu depuis vingt-neuf ans avec celle de Jean Eyraud assassin et incendiaire, le 17 mars 1850. Rassasiée, la foule se retire dans le claquement des oriflammes installés pour les fêtes de la ville et que nul n’avait songé à enlever.”

Retrouvez l’intégralité de cette histoire tragique sur Radio Bulle 93.6 dans l’émission « L’assassin habite le 47 » chaque premier jeudi du mois à 19 H et le samedi à 21 h. et en podcast sur www. radiobulle.net


Vous aimerez aussi...