Les dérives d’un système : Le scandale de Clairvaux en 1847 (Lydie Herbelot et Dominique Fey)

ClairvauxL’abbaye de Clairvaux, née en 1115 sous l’impulsion de la figure tutélaire qu’est devenu Bernard de Fontaine, s’impose très vite en France comme l’un des grands centres de l’ordre cistercien. Quand elle en fait un bien national le 2 novembre 1789, la Révolution française met donc un terme définitif à près de sept siècles d’histoire religieuse.

Passant alors de mains en mains pour abriter différentes activités et industries, l’abbaye est finalement rachetée en 1808 par le gouvernement français : en effet, le décret impérial de cette même année a décidé d’en faire, à l’instar d’un certain nombre de ses consœurs, une maison centrale d’arrondissement destinée à recevoir des détenus de neuf départements alentour. Mais il y a beaucoup à faire, car il s’agit de mettre en place, d’une part, le dépôt de mendicité également réclamé par Napoléon Ier – qui a fait de la lutte contre le vagabondage une de ses priorités –, et d’autre part, des locaux destinés à des prisonniers des deux sexes, dont les peines s’avèrent en outre de natures très diverses. Et c’est peu à peu, de retards en ajournements variés, que les choses se précisent : le dépôt de mendicité est opérationnel en avril 1809, mais il faudra attendre la fin des désordres causés par les invasions de 1814-15 pour que l’on puisse finalement installer dans les murs les prisonniers qui vont bientôt affluer en masse…

Lire la suite de cet article de Lydie Herbelot et Dominique Fey sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...