Le puits sans fond de l’amour ?

A l’intérieur d’un débit de boisson, sans date. Collection particulière.

Si les faits divers sont au journalisme d’investigation ce que le roman de gare est à la littérature, les morts mystérieuses, et la plupart du temps violentes, constituent un excellent matériau pour l’historien. Ainsi, le décès tragique d’Anna Raude en mars 1933, survenu après une dispute conjugale qui aurait mal tourné, permet de s’interroger sur la manière dont la société d’alors considère l’alcoolisme.

Loin de nous l’idée de vous rappeler que les histoires d’amour, comme dirait la chanson, finissent mal en général. Mais c’est pourtant bien ce qui vient à l’esprit de quiconque connait la fin tragique d’Anna Raude, retrouvée à demi-consciente dans le puit d’un jardinet d’Hennebont, commune du Morbihan située non-loin de Lorient.

Tout débute de la plus belle manière, par le mariage célébré le 24 janvier 1933 d’un usinier de 34 ans dénommé Joseph Cadet avec Anna Raude, une tenancière de débit de boisson du même âge. Pourtant, moins de trois mois plus tard, la jeune femme est extraite du puits du jardinet attenant au café par Marcel Gagne, un cousin de son mari. L’affaire est ténébreuse et la presse elle-même ne sait pas trop quoi en penser…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Erwan LE GALL sur le site de la revue En envor


Vous aimerez aussi...