Simone Téry : une reportrice raconte l’Espagne fracturée

 

80 ans de la fin de la guerre d’Espagne : descriptions hallucinées de la vie quotidienne dans l’horreur du conflit.

En 1937 et 38, la journaliste et écrivaine Simone Téry, fille d’Andrée Viollis, couvre les horreurs quotidiennes de l’Espagne en guerre – notamment pour l ’Humanité et Regards. Ses descriptions hallucinées de la vie de tous les jours révèlent toute l’épouvante du conflit.

Absente des premiers mois du conflit, la célèbre reportrice Simone Téry (1897-1967) arrive en Espagne au début du mois de février 1937.

Ce n’est pas la première fois qu’elle pose le pied sur le sol espagnol : elle y est déjà allée au dernier trimestre 1934 pour rendre compte de la situation politique dans le pays, aux prises notamment avec la Révolution des Asturies. Elle y avait alors été arrêtée, alors qu’elle assistait à une réunion des Cortès (l’Assemblée nationale espagnole), suite à un article qu’elle venait de publier dans le quotidien libéral L’Œuvre.

Destinée à l’enseignement – elle est agrégée de Lettres – Simone Téry a été très vite rattrapée par son capital familial, fille de Gustave Téry (mort en 1928) et de la première grande reportrice du siècle, Andrée Viollis. Depuis une grosse dizaine d’années, elle a arpenté l’Irlande, la Chine, le Japon, les États-Unis, l’Allemagne, pour le compte de divers périodiques, dans lesquels elle a livré également des articles de commentaire. Dans ce milieu très fermé et très masculin des grands reporters, Simone Téry s’est fait un nom…

Pour en savoir plus le 29/03/2019 par Anne Mathieu – modifié le 01/04/2019 sur le site de Retronews

Anne Mathieu est maîtresse de conférences habilitée à diriger des recherches à l’université de Lorraine, à Nancy. Elle dirige la revue Aden et le site internet Reportersetcie, au sujet des intellectuels et journalistes antifascistes français et étrangers avant et pendant la Guerre d’Espagne. Elle a terminé un ouvrage sur ce même sujet, à paraître prochainement.


Vous aimerez aussi...