Les adolescents-combattants de la guerre 14-18

Prisonniers de guerre allemands du Brandenbourg. © Photographie de George Pankhurst. © Martin Booth, in Richard Van Emden, Boy Soldiers of the Great War, Londres, Headline Book Publishing, 2005.

Pendant la Première guerre mondiale, des jeunes gens âgés de 13 à 17 ans sont partis volontairement combattre dans les tranchées. Un siècle plus tard, une historienne retrace leur histoire.

« Le cœur gros, les gamins […] voyaient partir le grand frère, le cousin, le papa parfois. Attristés de rester là, devant le comptoir, le bureau et l’établi, leurs jeunes cerveaux rêvaient de batailles et d’exploits de toute sorte. » Deux ans que la Grande Guerre a commencé, et c’est ainsi que le journal L’Humanité détaille la trajectoire choisie par une poignée de jeunes gens bien décidés à rejoindre le front. Coincés entre la génération du feu et la génération orpheline, des gamins de toute l’Europe – mais aussi des États-Unis à partir de 1917 – se sont pris au jeu de la guerre avec l’envie irrépressible de « tenir un rôle » dans ce conflit mondial.

C’est l’histoire de ces ados âgés de 13 à 17 ans – trop jeunes pour s’engager légalement, mais trop vieux pour être contraints d’aller à l’école – que l’historienne Manon Pignot rembobine dans L’appel de la guerre – Des adolescents au combat, 1914-1918, publié par les éditions Anamosa. Grâce à la falsification de leur identité ou de leur date de naissance, de fugue à bicyclette en pleine nuit ou de rencontre fortuite avec des soldats, ces « ados combattants » vont parvenir jusqu’au front où ils seront accueillis par les adultes, pas mécontents de les récupérer et de les intégrer…

Pour en savoir plus lire l’article de Pierre Longeray le 4 avril 2019 sur le site de Vice

 

 


Vous aimerez aussi...