164 – Portrait du jour : Jean-Louis Viot, flic, détective privé, romancier auteur du livre « Le panier à salade »

Marc Renneville, directeur du Clamor et de Criminocorpus

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le blog Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique « portrait du jour » permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson, membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus

Pour son 164ème portrait du jour la rédaction du carnet criminocorpus reçoit Jean-Louis Viot, auteur du livre « Le panier à salade ».

Commandant honoraire de la police nationale, aujourd’hui détective privé et écrivain public, Jean-Louis Viot est auteur de plusieurs romans dont Chantage en Poste Restante (Prix Fond-combe – Esneval-Editions), Une Belle Garce (Prix du Quai des Orfèvres – éditions Fayard). Il a été édité en Italie, puis en Chine. Il est également auteur de romans pour la jeunesse dont Le Boulevard (Bayard Presse), Tout Faux Ludo (Casterman), Les Cent Mille Briques (Casterman) (roman ayant reçu 4 prix littéraires), Pinot la Lune (Esneval – Editions), Pour les Beaux Yeux de Marion (Esneval – Editions).

Bienvenue Jean Louis sur le site des amis du carnet criminocorpus Ph.P

 

 

PRÉSENTATION

Après une longue carrière policière, Jean-Louis Viot est aujourd’hui détective privé, d’une part et Directeur Général Délégué de ESNEVAL-EDITIONS, d’autre part.

&

Tout d’abord, je remercie  Criminocorpus et son équipe de m’accueillir dans leur « portrait du jour »

Je m’appelle Jean-Louis Viot. Je suis né en 1952 à Laval dans la Mayenne où j’ai passé toute mon enfance. Je suis issue d’une famille modeste. Un père agent EDF-GDF et une mère au foyer. J’ai une sœur un peu plus âgée qui vit à Gap où elle peint de très jolies toiles.

1er novembre 1972, après avoir satisfait au concours, je pousse la porte de la « Grande Maison ». C’est comme ça qu’on appelle encore la Police Nationale.

Mon premier poste : Alençon, dans l’Orne. J’ai 20 piges. Je suis enquêteur contractuel et personne ne sait vraiment à quoi correspond ce nouveau grade. Je suis le petit « bleu » candide qui débarque. On décrète que mon rôle sera de seconder les inspecteurs. Je vais donc travailler en civil.

Le jour même de mon arrivée, me voilà déjà dans le quotidien de la Sécurité Publique. En fin de matinée, le divisionnaire de permanence m’entraîne avec l’équipage « police-secours ». Le fourgon file vers la campagne voisine. Je découvre le côté grisant du « gyrophare, deux-tons ». Un chasseur s’est tué accidentellement en escaladant un talus. Un coup de fusil en pleine tête. Mon premier cadavre.

Ironie du sort, le midi, au déjeuner, on me propose de la cervelle… Çà ne s’invente pas !

Après avoir passé le concours d’inspecteur et avoir navigué ici et là, je pose mes valoches à Dieppe où je suis promu, quelques années plus tard, inspecteur principal.

Les grades ayant changé d’appellation lors de la réforme de 1995, je ne suis plus inspecteur principal mais capitaine.

Je prends la direction de l’unité judiciaire, puis j’accède au grade de commandant et au poste d’adjoint de chef de circonscription.

Nommé commandant à l’échelon fonctionnel, je suis affecté à la Direction Centrale de la Sécurité Publique à Paris, mais je reste en position de détachement à Dieppe où je termine ma carrière comme chef de service, le poste de commissaire n’ayant pas été pourvu.

Mai 2008, des trémolos dans la voix, je fais mon discours d’adieu et je m’installe dans mon nouveau job de détective privé (en tant qu’ancien OPJ de la police nationale j’en ai d’office la qualification professionnelle. De plus, j’ai préparé mon dossier depuis plus d’un an et obtenu les dérogations et agréments indispensables sous condition de m’établir hors ressort de mes ex compétences territoriales. C’est ainsi que je fixe mon siège social à Eu, près du Tréport. En juin, je signe mon premier contrat pour une affaire qui va m’entraîner en Corse.

En marge de tout cela, j’ai aussi un parcours littéraire.

J’écris depuis longtemps… (J’ai retrouvé, il n’y a pas si longtemps, mes deux premiers romans inachevés et mes centaines de poèmes écrits quand j’étais jeune ado).

Mon style : roman policier d’atmosphère, d’intrigue, de suspense.

J’ai écrit notamment :

– Le Polletais (1990) (La Vigie)

– La Poudre d’Escampette (1992)

Une Belle Garce (Fayard) – Prix du Quai des Orfèvres (1994) – édité à 250 000 exemplaires + pays francophones. Puis édité en Italie sous le titre : « Le Amiche di Veronique » par (Il Giallo Mondadori) (1995) et en Chine (en Mandarin) (2000) par Henan Renming Publishing House » sous le titre : « La Belle Femme Serpent »

– Chantage en poste restante (2015) (Esneval-Editions) – Prix Fondcombe 2015

– Le panier à salade (2019) (Esneval-Editions)

et pour la jeunesse (12 à 14 ans) :

– 1515 Code Marignan, L’Orphelinat des Animaux, Le Phare de Pise, Souvenez-vous des Vases de Tatie Kung Fu, Poison d’Avril, La Chaloupe.

– Le Boulevard (Je Bouquine – Bayard Presse)

– Tout Faux Ludo (Casterman) (illustré par Christophe Rouil)

– Les Cent Mille Briques (Casterman) – Illustré par David Sala

. Nominé Prix Jeunesse Télévision (2002)

. Prix des Lecteurs (2003) (53 collèges)

. Prix des Dévoreurs de Livres (2003)

. Prix Délire des Livres (2002 – 2003)

et qui a été lu et étudié dans nombreux collèges de France

– Pinot la Lune (2015) (Esneval-Editions)

– Pour les Beaux Yeux de Marion (id)

J’ai également été :

– conseiller technique sur séries tv (notamment « La Femme d’Honneur »

– Consultant et participation active à des contre enquêtes journalistiques avec Madeleine Sultan et Jean-Charles Deniau (affaire Dominici = suite parution en 97 chez Flammarion du livre de William Reymond, journaliste d’investigation : « Dominicinon coupable, les assassins retrouvés » puis « Lettre ouverte pour la révision » – ouvrages visant à la réhabilitation de Gaston Dominici et à la révision du procès sollicité par Alain Dominici, petit fils de Gaston Dominici. – Alain Dominici était bébé à l’époque de l’affaire – 1952) – Ce livre de W Reymond sera adapté à la télévision avec Michel Serrault et Michel Blanc).

Jean-Charles Deniau et Madeleine Sultan rapporteront nos travaux d’enquête dans leur livre « Dominici,c’était une affaire de famille e » où la plupart des allégations de William Reymond seront démontées avec preuves à l’appui. Ce travail fera l’objet d’un documentaire « L’affaire Dominici : ses mystères, ses impasses, ses mensonges » diffusé dans le cadre de l’émission télévisée « Docs et débats » animée par Gérard Carreyrou.

&

Comment naît un roman, selon moi

Plusieurs ingrédients sont nécessaires :

. L’inspiration d‘abord : où piocher cette inspiration ? Quelqu’un a dit un jour : « vivre est une source suffisante d’inspiration ! »

En fait, l’inspiration découle directement du pouvoir d’observation que l’on a.

Comme le disait Blaise Cendrars (écrivain suisse et français mort en 1961 à Paris) :

« Je ne trempe pas ma plume dans un encrier mais dans la vie »

L’inspiration vient des spectacles de la vie, de l’environnement, des histoires ou des événements de tous les jours, de certaines circonstances, de personnages rencontrés, de situations données, de conversations, des conditions d’existence ou du sort de quelqu’un. Souvent, il y a le déclic qui fait que…

. L’envie de romancer, de créer une histoire fictive en y intégrant le maximum d’éléments crédibles piochés dans la vie réelle.

Comment écrire un roman

. Il faut d’abord l’intrigue : Un thème, un sujet, une histoire qui a mûri dans la tête. Cette fameuse inspiration dont on vient de parler.

. Puis les personnages : il faut créer leur identité, leur CV, leur physique. Il faut les faire vivre et vivre avec eux.

Pour créer les miens, je me sers de ceux que j’ai pu croiser dans ma vie et qui peuvent coller à ce que je recherche pour mon roman. Parfois, j’utilise l’aspect physique de l’un avec les particularités de plusieurs autres.

. Et puis il faut un plan : comme pour la construction d’un édifice. D’abord le gros œuvre : définir le fil conducteur, la trame ; puis le second œuvre pour définir les chapitres, puis les finitions, ou l’habillage. Ce sont ces paragraphes que l’on va insuffler dans les chapitres.

La structure, le canevas en place, il n’y aurait plus qu’à suivre le plan, le cheminement. Mais, comme dit : Giorgio Agamben (philosophe italien). « Ecrire serait si triste si l’on ne déviait jamais de son plan ».

Voilà pourquoi, il m’arrive de me détourner du chemin tracé. Une idée inattendue, un flash, une illumination qui va accentuer le suspense, égarer davantage le lecteur ou l’entraîner sur une voie à laquelle je n’avais pas pensé initialement.

&

Jusque-là, des romans. Alors : pourquoi « Le panier à salade » ?

. D’abord la pression de l’entourage… Evidemment quand je racontais les affaires, les anecdotes, on me disait sans cesse d’en faire un bouquin. J’ai cédé…

J’ai pensé immédiatement à ce titre : « Le panier à salade » qui, comme je l’explique dans mon ouvrage, « fait allusion au fourgon de police bringuebalant aux vitres grillagées baptisé ainsi par analogie avec le panier en fil de fer dans lequel nos grand-mères secouaient leur salade. Et qui est, dans une seconde acception, une chronique qui rassemble un mélange de faits bien réels, un assortiment évènements parfois tragiques et surtout une succession d’affaires, d’histoires et d’anecdotes assaisonnées d’humour.

Bien entendu, l’image du flic boissonneur, d’habitude ou de convivialité, reste anecdotique, vraisemblablement surannée et aucunement représentative de l’ensemble de l’institution ».

Pendant longtemps, les flics n’avaient pas de psychologue. Leur seule cellule psychologique, c’était le débriefing autour de l’apéro.

. ensuite j’en ai profité pour évoquer un autre quotidien de l’appareil policier, celui de « Sécurité Publique ». Un peu l’envers de la médaille. C’est ce que j’explique dans la présentation de mon livre.

« Comme la Police Judiciaire ou la Police aux Frontières, entre autres, la Sécurité Publique est l’une des grandes directions actives de la Police Nationale. C’est d’elle dont dépendent tous les commissariats de France qui assurent en permanence protection, assistance et maintien de l’ordre public. C’est elle qui gère toutes les interventions de police-secours. C’est elle qui arrive la première sur l’événement.

Si elle gère les dossiers de police administrative, elle traite également les enquêtes judiciaires qui ne sont pas spécifiquement dévolues aux autres services spécialisés comme ceux de la fameuse et légendaire PJ si souvent mise en scène au cinéma, à la télé ou dans les polars.

En raison de la grande diversité de leurs missions, les services de Sécurité Publique sont considérés comme les « généralistes » de la Police Nationale. Des femmes et des hommes à tout faire qui ne tiennent pas toujours la vedette, loin s’en faut ».

C’est pourquoi : « Loin des films et polars qui mettent en scène des supers flics, exemplaires ou borderline, audacieux ou déjantés, loin de « MR 73 », de « 36, Quai des Orfèvres » d’Olivier Marchal ou de « L.627 » de Bertrand Tavernier, loin des grands services de Police Judiciaire ou de renseignements, loin des unités spécialisées ou des unités d’élites, j’ai voulu raconter dans le Panier à Salade, et à travers des situations et des personnages parfois déjantés, quelques passages de vie en commissariat au gré des temps.

&

Enfin, écrire est une chose mais être édité en est une autre

En 2015, je rencontre Gilles Leclerc, écrivain, lui aussi. Il se bat pour lancer, à Dieppe, sa propre maison d’éditions : Esneval-Editions, du nom de son premier roman « Gabriel d’Esneval »

J’adhère aussitôt au projet.

Les auteurs que nous publions acceptent aussitôt notre politique de mutualisation en se lançant aussi dans le marketing, dans le networking et en mettant en place des stratégies pour aller à la rencontre du public (salon, conférences, dédicaces etc). Les auteurs sont tous investis dans l’aventure. Et la promotion de « leur » maison d’éditions est la « leur » en même temps, et inversement.

Dès juin 2016 nous sommes quatre associés réunis par la passion de l’écriture et de la littérature à constituer la SAS ESNEVAL-EDITIONS pour réaliser et promouvoir l’édition d’œuvres intellectuelles destinées à être publiées.

Depuis cette date, j’y exerce la fonction de directeur général délégué, chargé de la ligne éditoriale. Nous recevons deux à trois manuscrits (ou plutôt tapuscrits) en moyenne par semaine, ouvrages qui sont transmis aux quinze membres de notre comité de lecture.

Conclusion

Ecrire sérieusement est un travail acharné qui nécessite beaucoup de temps, parfois des journées entières. C’est une épreuve (agréable ou pas selon le moment)

Ecrire, ce n’est pas chercher la célébrité, la fortune, que seul un faible pourcentage de tous les écrivains connaissent.

Gary Victor (romancier haïtien) dit « Tu seras écrivain, mon fils. Mais dans cette chose où nous sommes, apprends quand même un métier qui peut mettre de la nourriture sur la table. »

Le monde de l’édition est un monde très fermé. Il se montre intraitable et ne publie que les ouvrages qui pourront être largement commercialisés et diffusés du fait de leur à propos et de la personnalité de leurs auteurs. Tous les autres resteront sur la touche, même s’ils ont du talent.

Le leitmotiv d’Esneval-Editions est justement de promouvoir ces talents restés sur le bord du chemin.

Jean-Louis Viot”


Vous aimerez aussi...