166 – Portrait du jour : Patricia Rappeneau, la romancière au sourire charmeur

Marc Renneville, directeur du Clamor et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique « portrait du jour » permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du Clamor et de Criminocorpus.

Juste à la veille de son anniversaire et pour 166ème portrait du jour la rédaction du carnet criminocorpus reçoit avec infiniment de plaisir Patricia Rappeneau romancière au sourire charmeur.

Attirée dès l’enfance par les petits travaux manuels, Patricia Rappeneau se montre très tôt imaginative au travers la création et la réalisation d’objets décoratifs.

Titulaire d’un bac scientifique, après une année validée en faculté de pharmacie, Patricia devient préparatrice, un métier qu’elle exercera pendant quatre ans, avant de se tourner vers l’écriture et retrouver sa passion d’enfance en publiant 11 ouvrages sur les loisirs créatifs destinés aux petites mains comme aux grandes.

Grande lectrice de romans policiers, c’est en 2009 qu’elle se tourne vers le thriller en publiant la première enquête de Nathan Malocène, “Requiem”, suivi de “Mission Malona” paru en octobre 2012.

Après avoir vécue à Dijon, puis Orléans, Patricia Rappeneau vit aujourd’hui en Bourgogne. 

Bienvenue Patricia dans la grande famille des amis de criminocorpus

 

 

1-Pouvez-vous décrire les étapes de votre parcours d’auteur : ce qui a déclenché cette vocation, votre première publication ?

Quand j’étais plus jeune, je voulais devenir chanteuse… J’avais la voix (enfin, je crois !), mais pas le souffle. Alors, comme j’aimais aussi créer, je me suis assise à une table et j’ai modelé des figurines en pâte à sel.

Elles étaient remarquables, et devenues si nombreuses que je les ai différenciées en réalisant leurs fiches techniques qui devinrent vite elles-mêmes si innombrables qu’elles finirent colligées… L’idée d’un premier livre était née.

C’est Didier Carpentier qui l’éditera en 1999. Il sera alors suivi par dix autres ouvrages de loisirs créatifs.

J’adorais. Cela ne me suffisait pas, mais me révélait que c’est un livre, un « vrai », que je souhaitais rédiger… Voici comment l’idée d’une fiction policière, ma première : Requiem, a vu le jour. Ce récit est le premier roman que jamais je n’aurais imaginé écrire. Le père de tous les autres puisque dix ans plus tard, c’est toujours avec bonheur, les tripes et le cœur, que je poursuis cette route.

2- Avez-vous des thématiques de prédilections ?

Non. Je m’insurge toujours contre les violences. Mais les thèmes sont propres à chacun de mes romans.

Dans la série des Nathan Malocène , avec Requiem, son triple meurtre et le passé trouble de Grégoire Fine, l’associé de Malocène, j’aborde les notions de l’honneur, du devoir, de l’amitié, de l’amour et de la justice, en proposant une histoire que j’espère toujours riche en rebondissements et sensations fortes. L’intrigue de Mission Malona , le second opus, propose, elle, une réflexion née des difficultés que peuvent rencontrer nos soldats et leur famille à leur retour à la vie civile. Nathan Malocène et Grégoire Fine, sont deux anciens des forces armées, devenus détectives privés. L’enlèvement de Noé, le neveu de Nathan Malocène, les force à plonger dans la plus douloureuse des enquêtes personnelles et ses surprises qui, d’une certaine manière, perdureront dans Coups de Lune . Ce roman sonde l’origine de la conquête de la Lune où le magnétisme occupe vite une place prépondérante…

La grippe et les menaces virales sont les sujets principaux que j’évoque dans Mortelle guérison guérison. L’anthropologue Léopoldine Lagrange doit exhumer les ossements d’une jeune religieuse morte de la grippe espagnole en 1919, c’est alors qu’elle se retrouve confrontée à une de ses anciennes relations, aux virus souche et aux manipulations en tous genres…

Cette diablerie, nous la retrouvons dans Tout ce qu’ils méritent. Dans cette fiction, l’intrigue située en 1908, oppose une femme inflexible, intègre, fin limier et travestie en gendarme à un bourreau, une gourgandine aux gestes aussi sanglants que les épines d’une rose, derrière laquelle se cache une victime d’inceste et d’abus sexuels qui use de ses charmes pour tuer aux heures sombres de la nuit et redevenir bonne du curé le jour…

3-Que pouvez-vous nous dire à propos de votre premier roman ?

Que le texte initial de Requiem encore disponible quelques mois, fut une très belle expérience avec l’écriture. Que j’en termine sa révision complète puisque je parfais sa nouvelle version inédite qui, déjà, cherche un éditeur… A qui, je propose aussi les autres opus de la série, et Mortelle guérison, orphelins, et attendus par les lecteurs.

Chers lecteurs, blogueurs, libraires et organisateurs de salon…, sans qui l’aventure n’aurait pas été si belle depuis ce premier roman, je vous remercie. Vos envies de

m’accompagner encore et toujours forcent le respect. Je continue, donc !

4- Avez-vous d’autre projet d’écriture ?

Aujourd’hui, je mets le point final au récit de mon nouveau roman Le Parvis des Assassins…, un roman jeunesse qui cherche preneur, lui aussi.

L’histoire se déroule à Paris, sur l’Ile de la Cité.

1306. Philippe le Bel est roi. La construction de la cathédrale Notre-Dame bat son plein. L’Ordre des Templiers est à l’aube de sa dissolution, lorsqu’un matin, un cadavre est retrouvé dans la loge du proviseur du trésor, bien vite accusé de meurtre.

Son fils, Erlend, jeune héros, fera alors tout pour l’innocenter, quitte à tout embrouiller…

Le Parvis des Assassins sera ma sixième fiction grand format…

Je vous remercie Philippe Poisson pour avoir tant voulu que je réponde à ce portrait…


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. sam millar dit :

    Great writer.