RUBRIQUE ŒIL EN EVEIL – Pépite par-ci, pépite par-là : un récit noir récent et une BD inquiétante à paraître

– « Le Magot » : les amitiés de cellule ou quand la vie dépasse la fiction.

Cela aurait pu être un roman policier, un thriller haletant, et pourtant le récit de Patricia Tourancheau, ancienne chef de la rubrique police et faits divers à Libération, puis journaliste au site d’information Les Jours, et à l’Obs, l’ouvrage paru en mars dernier aux éditions Seuil, est un document qui présente une histoire vraie. Il relate l’enquête menée par l’auteure sur deux dossiers criminels qui s’entrechoquent : celui de Michel Fourniret, serial killer et pédophile et l’autre, celui du gang des Postiches, les illustres braqueurs des années 1980. Elle est la première à découvrir le lien entre ces deux affaires et partant l’origine du « trésor » de Fourniret. Son enquête a démontré que c’est pendant leur détention commune à Fleury-Mérogis qu’il se crée une alliance de circonstances entre l’un des braqueurs et le prédateur : ce dernier a pour mission, à sa sortie de prison, de récupérer un magot caché des Postiches pour aider la femme du braqueur qui reste derrière les barreaux. Mais Fourniret préfère s’emparer du magot, tuer la femme du braqueur et s’offrir un château dans les Ardennes et des camionnettes, deux outils précieux pour son avenir de tueur en série. C’est un document passionnant, tel un polar, mieux qu’un polar.

– « La ligne de sang » version BD : ou quand un thriller se pare d’images

DOA, pour “Dead On Arrival” (mort à l’arrivée), est le nom de plume d’un écrivain français de romans noirs.
Son pseudonyme fait référence à “Dead On Arrival”, un film noir américain réalisé par Rudolph Maté (1950)…

DOA, écrivain français de romans noirs, dont cinq font partie de la « Série Noire » des éditions Gallimard, a choisi son pseudonyme en faisant référence, à « Dead On Arrival », un film noir américain réalisé par Rudolph Maté en 1950 (« Mort à l’Arrivée », que l’on me pardonne cette précision destinée aux non- anglophones).

Son thriller « La ligne de sang », publié en 2004 et revu en 2010, se transformera, sous sa plume, le 15 mai prochain, en une BD éditée par Les Arcades. L’intrigue envoûtante de son roman, une enquête d’instinct menée par deux officiers de la police lyonnaise à partir d’un banal accident de moto sur les hauteurs de la Croix Rousse, qui n’a de banal que son nom, la victime au profil inquiétant, entourée de mystères, sa compagne disparue sans traces, son appartement vide aux portes ouvertes, tout cet univers angoissant de DOA est habillé par les dessins de Stéphane Douay. L’ambiance trouble du thriller reste intacte.

***

Une devinette pour terminer : quel est le point commun entre ces deux les auteurs aux univers différents ? A leurs moments perdus, les deux participent à l’écriture des scénarios de films et de séries. Qui peut le plus, peut le moins.

Krystyna Kowalska : En collaboration avec Philippe Poisson, Krystyna rédige régulièrement et officiellement une critique de littérature policière RUBRIQUE OEIL EN ÉVEIL sur le discret carnet criminocorpus. Pour en savoir plus sur Krystina :

https://criminocorpus.hypotheses.org/59672

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...