7. La prison au cinéma : « American History X », film réalisé par Tony Kaye (1998)

Philippe Poisson, anime sur le carnet la rubrique « La prison au cinéma »

« La magie du cinéma est que vous pouvez devenir prisonniers à Alcatraz, Shawshank ou Cold Mountain sans quitter votre canapé. Pour imaginer comment se passe la vie en prison, dans des situations et conditions parfois extrêmes, les films sont les meilleurs supports, qu’il s’agisse de Rock ou Évadé d’Alcatraz, Les Évades ou La Ligne verte (d’après Stephen King tous deux). Dans les cellules, la cour, ses murs et ses barbelés, ou le long du couloir qui mène à la peine de mort, drame et thriller trouvent leur place et émeuvent. Quand le film de prison ne se mélange pas avec le fantastique, l’action ou la comédie… Lorsque se ferment les portes du pénitencier, la prison au cinéma dévoile ses séquences violentes (telles celles d’Une prière avant l’aube, d’après la vie de Billy Moore), les destinées qu’elle enferme (comme celles d’Edward Norton, dans American History X ou La 25ème heure), ou encore ses pièges de science-fiction (Fortress, avec Christophe Lambert). Qui peuvent amener à transformer les productions en films d’évasion (côté séries, on pense tout de suite à Prison Break, aussi)… Avec parfois, des tueurs en série qui rôdent dans l’ombre » aussi :

https://www.cinetrafic.fr/liste-film/3702/1/la-prison-au-cinema

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

A travers l’histoire d’une famille américaine, ce film tente d’expliquer l’origine du racisme et de l’extrémisme aux États-Unis. Il raconte l’histoire de Derek qui, voulant venger la mort de son père, abattu par un dealer noir, a épousé les thèses racistes d’un groupuscule de militants d’extrême droite et s’est mis au service de son leader, brutal théoricien prônant la suprématie de la race blanche. Ces théories le mèneront à commettre un double meurtre entraînant son jeune frère, Danny, dans la spirale de la haine.

Date de sortie 3 mars 1999 (1h 59min)
Genre Drame
Nationalité Américain
« Nous perdons notre droit de prendre notre destin en main », prévient Derek Vinyard, un leader néo-Nazi interprété par Edward Norton, quelques instants avant d’embarquer ses camarades skinheads dans une descente d’une épicerie coréenne – l’une des scènes les plus écoeurantes du film. « Nous perdons notre liberté », philosophe Derek, selon qui la faute reviendrait entièrement à des « parasites » qui débarquent massivement de nos frontières ouvertes. Pour la classe ouvrière américaine blanche démoralisée, ce discours dépasse le cadre de la fiction. Le film de Tony Kaye de 1998 American History X nous fournit l’une des premières études compréhensives sur la façon dont germent les idées suprémacistes. C’est pourquoi, 20 ans après sa sortie, son impact perdure, et ce d’autant plus en cette semaine où 11 personnes ont été tuées pendant un office du matin de shabbat dans une synagogue de Pittsburgh, où deux personnes noires ont été assassinées dans un supermarché dans le Kentucky, et où trois hommes ont été condamnés après avoir conspiré pour commettre un attentat contre des réfugiés somaliens dans une mosquée du Kansas – et tous ces actes ont été commis par des hommes blancs… Pour en savoir plus sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.