L’ancienne maison d’arrêt et de correction de Nantes par le Génépi de Nantes

5f2bc7de27b652f26a3bebc75fd1a8fb

Promenade du mitard où les détenus avaient le droit on de tourner en rond 1h par jour. La personne punie du mitard pouvait lors de sa promenande entendre les bruits de la ville et voir la ville depuis la promenade, se raccrocher à ce quotien et cette vie extérieure. Les nouvelles maisons d’arrêt construites à l’extérieur des villes dans des zones industrielles généralement, ne permettent plus que d’entendre le départ des camions de livraison…Photographie du Génépi de Nantes.

f01d9112e55a057aa3fe2fb6573df4ed

Cellule du quartier disciplinaire, le motard. Les détenus y étaient enfermés 23h sur 24. Photographie de Génépi de Nantes

10818900_337564889763061_473942680_n

Vue en hauteur des bâtiments administratifs, situés à l’entrée de la maison d’arrêt. Photographie du Génépi de Nantes

10833611_337564879763062_1415103182_n

Couloir d’un des quartier de détention ordinaire. Si sur ce cliché toutes les portes sont ouvertes, c’est bien parce que la Maison d’arrêt est désormais fermée … Photographie du Génépi de Nantes

10834131_337565579762992_1048198320_n

Fenêtre de cellule. Les caillebotis superposés aux barreaux traditionnels ont piur vocation d’empêcher les « yo-yos » mais ils bloquent l’horizon et la luminosité à la vue de la personne détenue. Il n’est pas rare que certains d’entre eux souffrent, suite à leur détention de troubles oculaires. Ces caillebotis empêchent l’individu de passer la main par la fenêtre et de ressentir ainsi l’air libre, l’enfermement se fait ainsi d’autant plus oppressant. Photographie du Génépi de Nantes

10833735_337564919763058_1977588162_n

Fenêtre de cellule. Les caillebotis superposés aux barreaux traditionnels ont piur vocation d’empêcher les « yo-yos » . Photographie du Génépi de Nantes

10841112_337564963096387_1052342583_n

Vue de cellules depuis le couloir. Les portes traditionnelles s’ouvrant grâce aux lourdes clefs sont désormais remplacées, dans les prisons de nouvelle génération, par des portes automatisés qui ne neçessitent plus de surveillant. Le contact humain n’est plus. Photographie du Génépi de Nantes

10846932_337564979763052_1692296507_n

Vue de cellules depuis le couloir. Les portes traditionnelles s’ouvrant grâce aux lourdes clefs sont désormais remplacées, dans les prisons de nouvelle génération, par des portes automatisés qui ne neçessitent plus de surveillant. Le contact humain n’est plus. Photographie du Génépi de Nantes

10836142_337564909763059_263282845_n

Intérieur d’une cellule de 9m2 oū jusqu’à 5 personnes furent enfermées. Photographie du Génépi de Nantes

10846967_337565479763002_868658691_n


Le judas, par lequel le surveillant peut « mater » l’intérieur d’une cellule à tout instant, d’où son surnom de « maton ». La cellule n’est pas considérée comme un lieu de vie privé mais comme un espace public. Photographie du Génépi de Nantes

Comme beaucoup de maisons d’arrêt et de correction, celle de Nantes avait un nom d’usage, Lafayette. Située rue Descartes, à proximité du palais de Justice. elle fut ouverte en 1867,  désaffectée en 2012 et les détenus furent transférés dans la nouvelle prison de Carquefou. Un souterrain reliai la prison au palais de justice. Le mur d’enceinte était en losange avec des bâtiments sur chaque côté et des ailes rejoignant un rond point central. A ses débuts et en application de la circulaire Persigny, les détenus furent répartis dans des dortoirs. Avec la loi de 1875, on aménagea des cellules. Des condamnés en réinsertion, qui bénéficiaient d’un placement extérieur, ont participé aux travaux de démantèlement. Lors de la fermeture Ouest France offrit des précisons sur le taux de sur-occupation de la prison : « En 1994, 60 détenus refusent de regagner leur cellule après la promenade. Motif de la mutinerie : la surpopulation, invivable. Trois à quatre détenus s’entassent alors dans des cellules de 9 m2. En 2004, il y a 350 détenus pour 291 places. En 2011, les syndicats dénoncent une «cocotte minute». Avec des cellules de sept détenus dans 12 m2. »

Le 11 novembre 2014, l’ association Humanit’art y exposa des graffeurs (après avoir organisé trois soirées électro qui avaient fait polémique) et le Génépi organisa des visites guidées à l’intérieur de l’établissement. Plusieurs sites présentent des photographies de cet établissement promis à la destruction pour laisser la place à des logements sociaux. Des ailes cellulaires convergent vers un rond point central, selon un plan rayonnant.

Pendant la seconde guerre mondiale, l’Occupant aménagea dans une partie de la prison un quartier allemand. Plusieurs des otages fusillés à la suite suite de l’exécution du lieutenant colonel Hotz en octobre 1941 par des résistants furent pris au sein de la prison. Ouest France publia la lettre du fils d’une résistante incarcérée dans ce lieu :  » « Suite à l’article paru dans Ouest-France sur l’histoire de l’ancienne prison, je tiens à réparer un oubli, concernant les années noires de la guerre et de l’Occupation. C’est dans cette prison qu’ont été incarcérés les résistants. Marin Poirier fut le premier condamné à mort et fusillé dès 1940. Et c’est de cette prison que sont partis les otages nantais fusillés le 22 octobre 1941 au champ de tir du Bêle. Le plus vieux, Léon Jost avait 57 ans, et le plus jeune, André le Moal, 17 ans, comme Guy Môquet, fusillé le même jour à Châteaubriant. C’est aussi de cette prison que sont partis, pour le même triste sort en février 1943, 37 résistants condamnés à mort dans le procès dit des « 42 », suivis, durant l’été de la même année, de 16 autres jeunes hommes fusillés eux aussi. De 1942 à 1944, d’autres résistants et résistantes y ont vécu quelques semaines avant d’être déportés dans les sinistres camps de déportation de l’Allemagne nazie, dont beaucoup d’entre eux ne reviendront pas. Ma mère, Marcelle Baron, résistante de la première heure, en faisait partie. Grâce à certains gardiens de prison qui renseignaient la Résistance et faisaient passer des messages, elle a pu communiquer avec mon père. Je tiens à leur rendre hommage. Ma mère a survécu et est revenue à Nantes en mai 45, très affaiblie mais vivante. Une plaque devant la porte d’entrée de la prison porte les noms des résistants du réseauCohors-Asturies incarcérés et pour la plupart fusillés. Je ne sais ce que va devenir cette prison mais le souvenir de ce qu’on fait ces hommes et ces femmes ne doit pas disparaître, un peuple qui oublie son passé n’a pas d’avenir. Comme l’a écrit Jean-Jaurès : « Le passé d’une nation ne reste pas improductif ; il est comme la couche profonde d’une terre labourable et les moussons nouvelles sont nourries à la fois par le soleil du jour et par les réserves anciennes du sol. »

 

na15_3207670_1_px_640_


Vous aimerez aussi...