Aux origines du terme “casseurs” (Ludivine Bantigny)

Combat dans la rue Saint-Antoine, 28 juillet 1830, Auteur : Jazet. Imprimeur : Martinet.© Photothèque des Musées de la Ville de Paris – Cliché Degraces

Partagé avec le site de Entre-temps (Collège de France) Alors que la loi « anticasseur » a fini son cheminement parlementaire, l’historienne Ludivine Bantigny puise dans les archives de presse de la Bibliothèque nationale de France pour revenir sur les origines du terme « casseurs ».

Alors que la loi dite « anticasseur » poursuit son cheminement parlementaire, l’historienne Ludivine Bantigny puise dans les archives de presse de la Bibliothèque nationale de France pour revenir sur les origines du terme « casseurs ».

Ludivine Bantigny – Maîtresse de conférences (histoire contemporaine)

Dans les années 1830, les partisans du régime républicain sont alors abondamment discrédités dans la presse monarchistes et conservatrice : « Saint-père des émeutes, des insurrections, des révolutions, fais-nous dévorer un garde municipal. Destructeur de réverbères, casseur de vitres, éteignoir des lampions, éclaire-nous » (Le Figaro, 14 octobre 1832, p. 2/4). Derrière l’ironie, l’action politique est tournée en ridicule et par là-même disqualifiée.

Découvrez l’article de Ludivine Bantigny sur Retronews


Vous aimerez aussi...