8. La prison au cinéma : Les Évadés (The Shawshank Redemption), film américain écrit et réalisé par Frank Darabont (1994)

Philippe Poisson, anime sur le carnet la rubrique « La prison au cinéma »

« La magie du cinéma est que vous pouvez devenir prisonniers à Alcatraz, Shawshank ou Cold Mountain sans quitter votre canapé. Pour imaginer comment se passe la vie en prison, dans des situations et conditions parfois extrêmes, les films sont les meilleurs supports, qu’il s’agisse de Rock ou Évadé d’Alcatraz, Les Évades ou La Ligne verte (d’après Stephen King tous deux). Dans les cellules, la cour, ses murs et ses barbelés, ou le long du couloir qui mène à la peine de mort, drame et thriller trouvent leur place et émeuvent. Quand le film de prison ne se mélange pas avec le fantastique, l’action ou la comédie… Lorsque se ferment les portes du pénitencier, la prison au cinéma dévoile ses séquences violentes (telles celles d’Une prière avant l’aube, d’après la vie de Billy Moore), les destinées qu’elle enferme (comme celles d’Edward Norton, dans American History X ou La 25ème heure), ou encore ses pièges de science-fiction (Fortress, avec Christophe Lambert). Qui peuvent amener à transformer les productions en films d’évasion (côté séries, on pense tout de suite à Prison Break, aussi)… Avec parfois, des tueurs en série qui rôdent dans l’ombre » aussi :

_____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________
 
En 1947, Andy Dufresne, un jeune banquier, est condamné à la prison à vie pour le meurtre de sa femme et de son amant. Ayant beau clamer son innocence, il est emprisonné à Shawshank, le pénitencier le plus sévère de l’Etat du Maine. Il y fait la rencontre de Red, un Noir désabusé, détenu depuis vingt ans. Commence alors une grande histoire d’amitié entre les deux hommes…
 
Date de sortie 1 mars 1995 (2h 20min)
Genre Drame
Nationalité Américain
 
 
 
 
 
Largement inspiré d’une nouvelle de Stephen King, Rita Hayworth et la Rédemption de Shawshank, Frank Darabont présente à travers Les Evadés un drame carcéral en toute sobriété. Si, à l’époque de sa sortie, le film connut un certain échec commercial, il reste néanmoins ancré dans les mémoires par son succès critique, sa côte de popularité lors de sa sortie sur supports physiques et ses nombreuses nominations aux Oscars. Au point de figurer désormais à la toute première place des films notés sur IMDB. Pour en savoir plus sur : http://www.lebleudumiroir.fr/critique-les-evades-shawshank-redemption-darabont/
 
 

Vous aimerez aussi...