Louise Michel : ça ira, ça ira, Art vaincra

Louise Michel dans nos mémoires, c’est la Grande Citoyenne, robe noire et écharpe rouge. En mars 1871, à Paris, pendant la Commune, des noms nouveaux ont surgi, appelés à retentir longtemps. Parmi eux, celui d’une institutrice, passionnée de Victor Hugo, fervente républicaine. Le sien.

Pour en savoir plus sur le site de France inter

LA MARCHE DE L’HISTOIRE du Jeudi 18 avril 2019 par Jean Lebrun 

Invitée : Claude Rétat Directrice de recherches au CNRS

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. luc nemeth dit :

    Présenter Louise Michel comme une “fervente républicaine” est quelque peu réducteur. Certes elle l’était encore et plus que jamais au moment de la Commune -où depuis le 4 septembre précédent il n’y avait plus que les monarchistes pour… ne pas l’être. Mais c’était alors une socialiste, du courant le plus radical, et qui n’allait pas tarder en 1873 durant sa déportation vers la Nouvelle-Calédonie, et comme elle l’a rappelé dans le ‘Libertaire’ en 1896, à devenir anarchiste. Ces rappels ne sont pas inutiles quand on sait les OPA ultérieures qui ont pu avoir lieu autour de son nom -on a même pu voir une… promotion de l’ENA prendre le nom de la bonne Louise.