12. La prison au cinéma : “Qu’un seul tienne et les autres suivront”, film réalisé par Léa Fehner (2009)

Philippe Poisson, anime sur le carnet la rubrique « La prison au cinéma »

« La magie du cinéma est que vous pouvez devenir prisonniers à Alcatraz, Shawshank ou Cold Mountain sans quitter votre canapé. Pour imaginer comment se passe la vie en prison, dans des situations et conditions parfois extrêmes, les films sont les meilleurs supports, qu’il s’agisse de Rock ou Évadé d’Alcatraz, Les Évades ou La Ligne verte (d’après Stephen King tous deux). Dans les cellules, la cour, ses murs et ses barbelés, ou le long du couloir qui mène à la peine de mort, drame et thriller trouvent leur place et émeuvent. Quand le film de prison ne se mélange pas avec le fantastique, l’action ou la comédie… Lorsque se ferment les portes du pénitencier, la prison au cinéma dévoile ses séquences violentes (telles celles d’Une prière avant l’aube, d’après la vie de Billy Moore), les destinées qu’elle enferme (comme celles d’Edward Norton, dans American History X ou La 25ème heure), ou encore ses pièges de science-fiction (Fortress, avec Christophe Lambert). Qui peuvent amener à transformer les productions en films d’évasion (côté séries, on pense tout de suite à Prison Break, aussi)… Avec parfois, des tueurs en série qui rôdent dans l’ombre » aussi :

https://www.cinetrafic.fr/liste-film/3702/1/la-prison-au-cinema

_____________________________________________________________________________________

Stéphane se voit proposer un marché qui pourrait changer sa vie, Zohra cherche à comprendre la mort de son fils et Laure vit son premier amour pour un jeune révolté incarcéré. Réunis par hasard entre les murs d’un parloir de prison, ils auront chacun à prendre en main leurs destins. Qu’un seul tienne debout, et les autres suivront …

Date de sortie 9 décembre 2009 (1h 59min)
Genre Drame
Nationalité Français
 
“La prison est un mur, et il n’est pas simple, lorsqu’on est dehors, d’avoir accès au dedans. Le titre du premier film de Léa Fehner induit une dignité, celle des proches de détenus. Tenir debout : tel est le mot d’ordre de ses personnages, dotés d’une force que la jeune femme du prologue n’a pas – elle craque à l’entrée d’un parloir, implorant une aide qui ne vient pas. Les trois autres, dont on suit la trajectoire, se débattent dans le silence”… Pour en savoir plus par Jean-Luc Douin Publié le 08 décembre 2009 sur le monde