Les origines répressives du capitalisme

L’ouvrage classique de Peter Linebaugh sur les pendus de Londres est enfin traduit en français. Il montre comment au XVIIIe siècle le capitalisme industriel s’est adossé à la justice répressive pour criminaliser un prolétariat attaché à des coutumes jugées dangereuses pour le nouvel ordre social.

À propos de : Peter Linebaugh, Les pendus de Londres. Crime et société civile au XVIIIe siècleCMDE/Lux

par François Jarrige , le 15 avril sur le site de la vie des idées

François Jarrige est Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Bourgogne (Centre Georges Chevrier, UMR CNRS 5605).

Il explore l’histoire des techniques et de l’industrialisation au prisme des enjeux sociaux et écologiques.

Il a notamment publié : Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860), Presses universitaires de Rennes, coll. « Carnot », 2009 Technocritiques, La Découverte, 2014 ; (avec E. Fureix), La modernité désenchantée. Relire l’histoire du XIXe siècle, La découverte, 2015 ; et (avec Thomas Le Roux), La contamination du monde. une histoire des pollutions à l’âge industriel, Le Seuil, 2017.


Vous aimerez aussi...