En face de la guillotine (1836)

Visuel : octobre 1793. Supplice de Neuf émigrés©WikimediasCommons

De l’exécution de Pierre-François Lacenaire et Victor Avril le 9 janvier 1836 à celle de Fieschi et ses complices, l’année 1836, sous la monarchie de Juillet, reste un millésime exceptionnel dans l’histoire du rasoir national. Un article signé G.Elbe, écrit cent ans plus tard, en 1936.

L’année 1836 fut une de celles où l’échafaud fut éclaboussé le plus de sang de célèbres meurtriers. L’année commença par une double exécution, le 9 janvier, celle de Lacenaire et de son complice Avril. On sait combien leur procès avait agité l’opinion. Les assassinats qu’ils avaient commis, ayant le vol pour mobile, étaient d’une grande banalité, mais sa vie aventureuse, ses prétentions intellectuelles et sa jactance avaient attiré sur Lacenaire l’attention des foules. Pendant le procès, il avait bassement chargé ses co-inculpés, non sans toutefois se vanter de ses crimes, « représaille naturelle contre une société qui traite les uns comme des enfants chéris, les autres en marâtre » ; d’ailleurs, pour lui, l’homme n’était « que de la matière organisée en mouvement ; il ne voyait pas plus de mal à tuer un homme qu’à égorger un bœuf ou à arracher une carotte. Il avait joué contre la société une partie dont sa tête était l’enjeu ; il avait perdu la partie ; il trouvait donc tout naturel de payer sa dette »… G.Elbe

Pour en savoir plus sur le site d’ Historia


Vous aimerez aussi...