Le dur métier de premier flic de France

Visuel : le préfet de Police Louis Lépine et le ministre de l’Intérieur Georges Clemenceau en 1908 ©Agence ROL – Domaine public

 

La crise des «gilets jaunes» vient rappeler combien il est difficile d’occuper le fauteuil de ministre de l’Intérieur. De Clemenceau à Castaner, voici un bref rappel de quelques grandes figures ayant occupé ce poste à hauts risques.

Et pour en savoir plus, voir le numéro d ‘HistoriaSpécial n° 35 sur Les super flics de France.

Christophe Castaner est sous surveillance. Depuis que la manifestation des «gilets jaunes» a dégénéré à Paris le 16 mars, le ministre de l’Intérieur sait qu’il n’a plus le droit à l’erreur. Plusieurs cadres de la police ont été limogés, en vertu de la pratique des «fusibles» mais la liste des responsables des désordres publics n’est pas extensible à l’infini. En attendant, Christophe Castaner expérimente la dure mission de «premier flic de France». 

A qui doit-on attribuer cette expression ? Le mot est-il de Clémenceau, comme on l’entend souvent, ou sont-ce les observateurs de l’époque qui ont créé cette terminologie. Une chose est sûre : cette histoire de «premier flic de France» s’enracine sous la IIIème République, pendant la période 1906-1909, date à laquelle Georges Clémenceau prend la présidence du Conseil pour l’une des plus longues mandatures d’un régime par définition instable. A cette époque, l’intéressé subit l’ire des viticulteurs du Midi, en proie à une crise de surproduction sans précédent qui provoque l’effondrement des prix. Des émeutes ont lieu au printemps 1907, qui conduisent Clémenceau à dépêcher la troupe. Celle-ci tire sur la foule : la réputation d’inflexibilité du dirigeant est alors gravée dans le marbre… Frédéric de Monicault

Pour en savoir plus sur le site d’ Historia


Vous aimerez aussi...