Fouquier-Tinville, accusateur public …

Franck Ferrand raconte l’Histoire avec un enthousiasme communicatif et un talent déjà bien connu.

Son arrivée sur Radio Classique sonne comme une évidence. Les auditeurs ont le bonheur de le retrouver à 9h et 14h pour se plonger dans les grandes intrigues et les sagas de l’Histoire. Nous voici plus que jamais en plein cœur de l’Histoire.

Le Podcast de cette émission sera disponible chaque jour à partir de 14h30.

Si vous souhaitez télécharger un épisode de « Franck Ferrand raconte », il suffit de cliquer sur « Partage » puis sur « Télécharger ce podcast ».

Bonne écoute ! https://www.radioclassique.fr/radio/emissions/franck-ferrand-raconte/

 

Chronique de la Terreur… Traitant de la justice révolutionnaire, telle qu’elle s’exerça de septembre 1792 à juillet 1794, jamais un historien n’avait entrepris de l’illustrer dans les faits, mois après mois, jour après jour, en mettant en œuvre les dossiers de la police, documents incontestables dans leur simplicité même. Jean-François Fayard, juriste et historien universitaire, a mené l’enquête, dont voici les surprenantes conclusions. Fouquier-Tinville, accusateur public du tribunal révolutionnaire, eut à trancher 5343 cas. Grandes affaires politiques – celles de Marie-Antoinette, des Girondins, de Danton, de Hébert, de Robespierre, enfin. Affaires relevant effectivement d’actes contre-révolutionnaires – mais elles ne furent pas plus de 580. Et les autres ? Dans la plupart des cas ? À Paris et en province, ce qui est jugé révolutionnairement, ce sont propos ou attitudes estimés hostiles à la Révolution, le plus souvent sur délation. Et là, ce ne sont ni les politiques ni les aristocrates qui sont condamnés, mais n’importe qui. Un homme a appelé son chien Citoyen ; une femme a réclamé à sa voisine un rouet : un sectionnaire a compris roi… Ainsi, le Tiers-État fournit soixante et onze pour cent des condamnés à la guillotine, contre vingt pour la noblesse et neuf pour le clergé. Ainsi va la Terreur. Comme il est montré dans cet ouvrage, qui remet bien des idées reçues à la place qui leur revient.

Jean-François Fayard – Docteur en Histoire (université Paris IV-Sorbonne), et en Sciences politiques, ses travaux à l’EHESS, sous la direction de François Furet, portent sur « La justice politique en France durant la Révolution ». La publication de ce mémoire de recherche (La Justice révolutionnaire : chronique de la Terreur) en a fait le premier historien à étudier les fondements réels des chefs d’accusation de 2747 guillotinés durant la Terreur.

Le résultat de ses travaux historiques est caractérisé tant par une analyse basée sur les institutions publiques (justice, gouvernement), que par un attachement à livrer une vision intime de personnages historiques (Robespierre).

Il a écrit de nombreux ouvrages en collaboration avec d’autres historiens (Jean TulardAlfred FierroAlain Decaux).

  • Éditeur : Robert Laffont (27 octobre 1987)
  • Collection : Les hommes et l’histoire

 


Vous aimerez aussi...