La femme du boulanger est (encore) infidèle !

Jean-Michel ARMAND, ancien formateur au Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (CRHCP) à l’École nationale d’administration pénitentiaire située à Agen.

Après avoir commis d’innombrables  « petits meurtres » sur le prestigieux site de l’E.N.A.P., Jean-Michel Armand s’invite à partir de ce jour sur le Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … pour nous présenter les émissions réalisées dans « l’Assassin habite dans le 47 » sur RADIO BULLE 93.6.

C’est avec un vif plaisir que nous mettons en ligne une nouvelle émission réalisée par un ami  de la Revue Criminocorpus – CLAMOR –

Chacun sait que le redouté « bouillon de onze heures » a souvent le goût de l’anhydride arsénieux. Quoique de sapidité, l’arsenic en est dépourvu ; c’est pour cela que le samedi 8 septembre 1923, la veuve Auras avale le sien sans méfiance et passe de vie à trépas le soir même, laissant son fils Firmin inconsolable. Mais le boulanger Firmin Vieilcazal qui vient de s’installer au Condat près de Fumel a d’autres raisons de verser des larmes. La rumeur persistante dans le village ne fait-elle pas état (et étalage) des infidélités de sa femme avec, notamment, les ouvriers du fournil ? Ah ! ça, la Marie-Reine, on ne l’aime pas bien au pays avec ses airs de « parisienne » ses tenues apprêtées et ses parfums capiteux A-t-on idée quand on tient un commerce et qu’on est une femme honnête ?

Aussi, quand un mois après jour pour jour, le 8 octobre, après près de quinze heures de terrible agonie, Firmin Vielcazal en a fini de ses tourments…on s’étonne puis on cause, trop sans doute. On écrit aussi, des lettres anonymes au procureur de Villeneuve/Lot, lequel ouvre une information et saisit le juge d’instruction Marcel Massip qui, quelque mois après fera exhumer les deux corps aux fins d’autopsie. Mais comme dans l’affaire Marie Besnard trente ans plus tard, la quantité d’arsenic prélevé dans les deux corps n’est pas significative.

Mais, le juge finit par établir qu’un mois seulement avant la mort de sa belle-mère, Marie-Reine Labasse, épouse Vielcazal a acheté cinq grammes d’arsenic… « pour détruire les rats du fournil » a-t-elle déclaré au pharmacien Lassagues. Mais achat de toxique ne vaut pas culpabilité et, faute d’aveux, le juge Massip est bel et bien dans l’impasse. Il décide de changer alors de stratégie. Il dessaisit les gendarmes de Fumel et confie le dossier à la 7 ème Brigade Mobile (les toutes récentes Brigades du Tigre) de Bordeaux. C’est le commissaire Pierre-Albert Quérillac qui finira par recueillir les aveux hésitants de la « femme du boulanger ». Contrairement à celle imaginée par Jean Giono et Marcel Pagnol, la belle boulangère du Condat n’avait pas qu’un amant. Si elle finit par reconnaître avoir fait avaler à sa belle-mère et à son mari le fameux bouillon, elle mettra un point d’honneur, lors de son procès face à la cour d’assises du Lot et Garonne le 2 février 1926, à contester avoir cumulé les amants, en tous cas n’en avoir eu qu’un « du moins du vivant de mon mari ».

Les vingt années de réclusion criminelle auxquelles le jury la condamnera ont-elles puni seulement la criminelle ou aussi – un peu- la femme adultère ?

Toute l’affaire racontée par Jean-Michel ARMAND dans « L’assassin habite le 47 » sur Radio Bulle 93. chaque premier jeudi du mois à 19 H et le samedi à 21 h. et en podcast sur www. radiobulle.net


Vous aimerez aussi...