176 – Portrait du jour : Patrick Jagou, un artisan de l’écriture, consciencieux, appliqué…

Directeur du CLAMOR, Marc Renneville est historien des sciences spécialisé sur les savoirs du crime et du criminel, directeur de recherche au CNRS et membre du centre Alexandre Koyré depuis 1998 (UMR 8560).

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le carnet criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique «portrait du jour» permet  de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc.  Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville , directeur du CLAMOR et de Criminocorpus.

Le carnet criminocorpus accueille pour son 176 ème portrait du jour le romancier Patrick Jagou.

Né en 1955, Patrick Jagou est titulaire d’un diplôme d’ingénieur ENSAM (Bo75). Après ses études, il a purgé une peine de vingt-et-un ans de travaux forcés en entreprises multinationales américaines qui, dans son esprit, représente « le temps de la souffrance ». 

Puis, après avoir recouvré sa liberté en 2001, il a vécu au sud de la Chine, sur l’île de Taïwan, pendant six années qu’il nomme « le temps de la réflexion ». Là, il a eu l’opportunité d’approfondir ses connaissances en matière de philosophies extrême-orientales dont il avait entrepris l’étude dès 1988. 

Enfin, depuis son retour en France effectué à la mi-2007, est venu pour lui « le temps de l’action ». Il a abandonné la ville et s’est installé à la montagne, en Savoie, dans la verte vallée du Beaufortain.

Merci Patrick Jagou de rejoindre le cercle très prisé des ami(e)s du site  Criminocorpus Ph.P.

Interview de Patrick Jagou réalisé par Guillaume de Uffreddi à l’intention des lecteurs du carnet criminocorpus

Pouvez-vous décrire les étapes de votre parcours d’auteur : ce qui a déclenché cette vocation, votre formation, votre première publication ?

J’ai toujours aimé écrire mais j’appartiens à une famille très modeste dans laquelle, à l’époque de mon enfance, le seul livre disponible était le dictionnaire Larousse que je lisais des jours entiers. En outre, étant affligé d’une orthographe mal assurée, j’ai été orienté très tôt vers des études techniques qui ont été ponctuées par un diplôme d’ingénieur Arts et Métiers. Finalement, j’ai purgé une peine de vingt-et-un ans de travaux forcés en entreprises multinationales américaines où j’ai tout de même eu l’opportunité de publier mon premier ouvrage aux éditions scientifiques Hermès. Il traitait d’une méthode spécifique d’organisation de l’entreprise et s’intitulait : Concurrent engineering, la maîtrise des coûts, des délais et de la qualité. Sa gestation a eu le mérite de me convaincre de ma capacité d’aligner des mots, des phrases, des paragraphes et des chapitres jusqu’à obtenir un livre. Sa publication et le nombre d’exemplaires vendus, loin d’être ridicule, m’ont encouragé à continuer.

En tant qu’auteur, comment vous situez-vous ?

Je me définis avant tout comme un artisan de l’écriture, consciencieux, appliqué, qui tire sa satisfaction personnelle du travail bien fait. N’ayant aucune imagination, je me contente d’écrire la vie des autres, ce qui fait de moi un biographe. Récemment, Pierre Assouline, qui a aussi commencé par écrire des biographies, m’a dit qu’il ne s’est senti dans la peau d’un écrivain qu’au terme de la dixième. À ce jour, j’en ai publié trois et je suis en train d’écrire la quatrième. Il me reste donc six volumes à produire avant de devenir un écrivain. Ce n’est qu’une question de temps !

Publiez-vous dans un genre littéraire défini ? Avez-vous des thématiques de prédilection ?

Oui ! Jusqu’à présent, j’ai principalement publié des sentiers de vie de ceux que je nomme « les sages du terroir », des anonymes, des « gens de peu » qui ont connu les deux époques : avant et après l’avènement de la société de consommation. J’essaie de capter chez eux ce bon sens paysan qui faisait le bonheur de la France et qui est en train de la quitter. En cela, j’ai l’impression de faire œuvre utile.

Que pouvez-vous nous dire à propos de votre dernier livre: René Piccard raconte ?

Il est né de la volonté d’Éléonore, la défunte épouse de René Piccard, qui, en quittant ce monde, a demandé qu’un livre soit écrit avec l’histoire de leur vie. En Savoie, René est connu pour être le père de Franck Piccard, triple médaillé olympique en ski alpin. Il a été aussi son entraineur jusqu’à ce que Franck passe en équipe de France junior. Mais René est avant tout un visionnaire, qui a compris très tôt les enjeux économiques du développement des stations de sports d’hiver, et un infatigable bâtisseur. Sa biographie témoigne qu’en France, contrairement à ce que l’on raconte, l’ascenseur social existe encore mais que, contrairement à ce que l’on raconte, pour le faire monter, il ne suffit pas de grimper à son bord et d’appuyer sur un bouton, non ! Pour le faire monter, il faut d’abord le mettre sur son dos et le hisser à la force de son boulot ! C’est un livre résolument optimiste. Et c’est une formidable histoire d’amour ! René n’aurait pas été le René qu’il est devenu sans Éléonore. S’il était américain, il serait invité sur tous les plateaux de télévision pour y raconter sa « success story ».

Un mot sur votre prochain projet littéraire ?

Il s’agit de la biographie de Marcel Perrier, évêque et poète savoyard, qui vient malheureusement de nous quitter. À l’heure où les scandales sexuels souillent la réputation et la crédibilité du clergé, ce livre qui, mine de rien, est un traité de théologie, va remettre un peu de bon sens paysan dans l’Église.