La grande librairie – L’enfer de la Shoah le mercredi 8 Mai à 20h50 sur France 5

François Busnel dans La Grande Librairie.

Résumé : La Shoah est au centre de l’actualité littéraire. François Busnel accueille sur le plateau de «La Grande Librairie» deux rescapés du camp de concentration d’Auschwitz qui témoignent de l’horreur concentrationnaire : Ginette Kolinka publie « Retour à Birkenau », chez Grasset, et Elie Buzyn « Ce que je voudrais transmettre », chez Alisio. 

Genre : Magazine littéraire

Présentateur(s) : François Busnel 

Parution : 9 mai 2019 – “Moi-même je le raconte, je le vois, et je me dis c’est pas possible d’avoir survécu…”
 
Arrêtée par la Gestapo en mars 1944 à Avignon avec son père, son petit-frère de douze ans et son neveu, Ginette Kolinka est déportée à Auschwitz-Birkenau : elle sera seule à en revenir, après avoir été transférée à Bergen-Belsen, Raguhn et Theresienstadt. Dans ce convoi du printemps 1944 se trouvaient deux jeunes filles  dont elle devint amie, plus tard : Simone Veil et Marceline Rosenberg, pas encore Loridan – Ivens.

Aujourd’hui, à son tour, Ginette Kolinka raconte ce qu’elle a vu et connu dans les camps d’extermination. Ce à quoi elle a survécu. Les coups, la faim, le froid. La haine. Les mots. Le corps et la nudité. Les toilettes de ciment et de terre battue. La cruauté. Parfois, la fraternité. La robe que lui offrit Simone et qui la sauva. Que tous, nous sachions, non pas tout de ce qui fut à Birkenau, mais assez pour ne jamais oublier ; pour ne pas cesser d’y croire,  même si Ginette Kolinka, à presque 94 ans, raconte en fermant les yeux et se demande encore et encore comment elle a pu survivre à “ça”…

Lire un extrait

Parution en avril 2019 – « Quand les jeunes m’interrogent, je leur réponds que le plus important est de s’opposer activement, par la parole, à toute tentative d’ostracisme. Il faut s’y opposer en se rappelant que nous sommes tous égaux, que nous avons tous les mêmes droits, que nous pouvons tous vivre ensemble à condition qu’il y ait un respect mutuel. »

Suite à la parution de son premier ouvrage, J’avais 15 ans, et aux réactions des jeunes publics à qui il raconte Auschwitz, Élie Buzyn a tenu à revenir dans un entretien sur certains sujets qui lui paraissent d’une cruelle actualité. Pour que les générations d’aujourd’hui deviennent à leur tour des témoins du témoin qu’il est lui-même et des garde-fous contre la haine et ses conséquences.

Né à Lodz (Pologne) en 1929, Élie Buzyn est l’un des rares adolescents rescapés d’Auschwitz. Devenu chirurgien orthopédique, il est aujourd’hui l’un des derniers survivants de la Shoah. Son témoignage, J’avais 15 ans, a été publié aux éditions Alisio en 2018.


Vous aimerez aussi...